En détail - Synthèse

Villes moyennes et transition écologique - Des actions locales, une attente de cadre national


Publié le 27/05/2019
En juillet 2018, le rapport sur la cohésion des territoires, élaboré par le Commissariat général à l’égalité des territoires en partenariat avec les associations d’élus, faisait le constat que la transition écologique constituait l’un des six facteurs de cohésion des territoires. En effet, la transition écologique est un enjeu crucial pour le devenir des territoires français. Les conditions climatiques évoluent en France, avec des variations plus ou moins fortes selon les territoires. Ces évolutions doivent être anticipées et accompagnées, pour assurer de bonnes conditions de vie (confort thermique, santé, sécurité…) et la mutation de certaines activités économiques (agriculture, tourisme…). 
 
Parallèlement, les risques naturels s’accroissent dans de nombreux territoires, du fait du changement climatique (qui tend à augmenter la fréquence et l’amplitude des aléas) et de la vulnérabilité associée à l’anthropisation de surfaces croissantes (urbanisation, imperméabilisation des sols…). Certains territoires sont plus particulièrement menacés par les risques socio-environnementaux (montée des eaux, cyclones, perte de biodiversité, précarité énergétique…) : on estime ainsi que 30% des communes françaises sont soumises à un niveau d’exposition moyen au changement climatique et 16% à un niveau d’exposition fort. 
 
Du fait d’une demande croissante, les ressources naturelles (métaux, gaz, biomasse, eau…) font l’objet de tensions entre territoires. Dans ce contexte, la transition écologique de tous les territoires est non seulement une condition de leur développement et du maintien d’une bonne qualité de vie, de leur habitabilité à moyen et long terme, mais aussi de la cohésion des territoires à l’échelle nationale.