Publié le mardi 05 novembre 2019
culture_05112019.jpg
culture_05112019.jpg
La mobilisation nationale pour les habitants des quartiers, lancée en 2018 par le président de la République, comporte trois mesures dédiées à la culture. Une instruction, qui lie le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales à celui de la Culture, précise comment les mettre en œuvre et suivre leur avancée. L’occasion de faire le point.

La mobilisation nationale pour les habitants des quartiers, lancée en 2018 par le président de la République, comporte trois mesures dédiées à la culture. Une instruction, qui lie le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales à celui de la Culture, précise comment les mettre en œuvre et suivre leur avancée. L’occasion de faire le point.

Intégrées à la feuille de route gouvernementale pour les quartiers, les trois mesures visent à donner accès à l’offre et aux pratiques artistiques et culturelles à un public qui en est, trop souvent, peu familier. L’enjeu consiste donc à abolir les freins géographiques ou sociaux : « Il s’agit de désacraliser la fréquentation des lieux et de générer une appétence et une curiosité nouvelle pour des champs artistiques et culturels parfois méconnus des habitants », précise l’instruction datée du 24 octobre dernier.

Les trois mesures « Culture » de la mobilisation nationale pour les habitants des quartiers [1] :

  • mesure n° 37 - Renforcer et étendre les partenariats entre les institutions culturelles et les quartiers de la politique de la ville ;
  • mesure n° 38 - Implanter des Micro-Folies ;
  • mesure n° 39 - Développer la pratique musicale.

Sur l’avancée des 40 mesures de la mobilisation, (re)lire notre article [2].

L’instruction expose la manière de développer les partenariats avec les établissements culturels, les artistes, les associations, les conseils citoyens et les villes au niveau local. Les Directions régionales des affaires culturelles, en lien étroit avec les services de la politique de la ville, assureront ce pilotage territorial pour mobiliser les réseaux d’acteurs locaux et déployer les initiatives culturelles en faveur des habitants des quartiers populaires.
Consulter l’instruction. [3]

Sur le terrain
Pour rendre la pratique musicale accessible aux enfants de tous les milieux sociaux, Demos et Orchestre à l’école, soutenus par le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, ciblent les enfants – du CE2 au collège –, issus de quartiers prioritaires et également de territoires ruraux.
_Fin 2018, lassociation Orchestre à l’école [4] a mis en place 226 classes orchestres dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV) et 116 autres jouxtent un QPV. Ces classes concernent, au total, entre 5 600 et 8 500 élèves.
Sur une action d’Orchestre à l’école, (re)voir notre reportage photos [5] à Chenôve (21).
_À la fin du mois de janvier dernier, le dispositif Demos [6] avait, de son côté, installé 32 orchestres, regroupant près de 3 000 petits musiciens, dont 2 500 résidents en QPV. À ce jour, 22 orchestres sont en cours de création et 7 orchestres se développent.
La mobilisation nationale pour les habitants des quartiers vise l’ouverture de plateformes culturelles et musées numériques, avec 1 000 Micro-Folies [7], d’ici à 2022. Sur les 43 Micro-Folies ouvertes, au 1er octobre dernier, 32 se situent dans des communes intégrant des QPV. Il est à noter que, par ailleurs, au moins 200 Micro-Folies seront déployées en milieu rural.

Auteur(s):