Publié le mercredi 10 juillet 2019
contratdeconvergenceom_photoelysee.jpg
contratdeconvergenceom_photoelysee.jpg
À travers des contrats de convergence et de transformation, l’État va engager un total de 2,1 milliards d’euros de crédit pour l’ensemble des territoires ultramarins, jusqu’en 2022. Le 8 juillet dernier, les élus des 5 Drom et de 2 Collectivités d’outre-mer ont signé les premiers contrats avec l’État, dont l’engagement est de 1,7 milliard d’euros.

À travers des contrats de convergence et de transformation, l’État va engager un total de 2,1 milliards d’euros de crédit pour l’ensemble des territoires ultramarins, jusqu’en 2022. Le 8 juillet dernier, les élus des 5 Drom et de 2 Collectivités d’outre-mer ont signé les premiers contrats avec l’État, dont l’engagement est de 1,7 milliard d’euros. Par ailleurs, Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, et Annick Girardin, ministre des Outre-mer, ont rendu les principales conclusions de la conférence logement en outre-mer, le 10 juillet.

La Guadeloupe, La Guyane, La Réunion, La Martinique, Mayotte, Saint-Pierre-et-Miquelon ainsi que Wallis-et-Futuna ont signé leurs contrats de convergence et de transformation, le 8 juillet, en présence du président de la République, Emmanuel Macron (voir la vidéo [1]), du Premier ministre, Édouard Philippe, d’Annick Girardin, ministre des Outre-mer, de Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, et de Sébastien Lecornu, ministre chargé des collectivités territoriales, notamment. Pour ces sept territoires, l’engagement de l’État atteindra 1,7 milliard d’euros.

À savoir
Les contrats de convergence et de transformation, prévus par la loi Égalité réelle en outre-mer, intègrent des projets issus des Assises des outre-mer en référence au Livre bleu des outre-mer, en juin 2018. Ils s’inscrivent dans la stratégie « Trajectoire outre-mer 5.0 [2] », qui promeut la mise en œuvre d’un développement durable des territoires ultramarins, d’ici 2030.

 

Équipements, infrastructures, ingénierie… : d’importants besoins de rattrapage

Afin de réduire les écarts de développement économiques et sociaux entre l’Outre-mer et l’Hexagone, les actions concernées visent à améliorer les conditions de vie des habitants ultramarins, l’aménagement de leurs territoires, les transports, l’environnement, la prévention des risques naturels, l’enseignement supérieur, etc. Les contrats de convergence et de transformation portent également sur le travail et la cohésion sociale, l’égalité femmes-hommes, le sport pour (construction/rénovation des équipements) et également, pour Mayotte, sur l’éducation nationale (collèges/lycées).

Les projets qui seront financés dans le cadre du volet « cohésion des territoires » et au titre de l’aménagement des territoires dans les 5 Drom s’inscriront en lien avec les orientations de l’Agence nationale pour la cohésion des territoires. Ils porteront, notamment, sur l’accompagnement aux usages du numérique et le soutien à l’ingénierie. 

Repères
Les plans de convergence et de transformation définissent une stratégie de long terme, de dix à vingt ans, et adaptée à chaque territoire pour réduire les écarts de développement entre l’Outre-mer et l’Hexagone. Ils sont déclinés en contrats qui se substituent aux contrats de plan État-Région (prévus jusqu’en 2020) des cinq Drom, dont ils reprennent quelques projets non encore engagés tout en soutenant de nouveaux projets. La première génération de ces contrats de convergence porte sur la période 2019-2022.
À l’issue d’une année d’échanges et de concertation avec les collectivités (régions, départements ou collectivités uniques, EPCI), l’État a décidé de porter son engagement à 2,1 milliards d’euros pour tout l’outre-mer. Un engagement qui mobilise tous les ministères impliqués dans les projets de développement local, dont le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités.

 

Une conférence pour mobiliser les partenaires et donner un nouveau souffle à la politique du logement outre-mer

Toujours dans le cadre de la stratégie « Trajectoire outre-mer 5.0 », Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, et Annick Girardin, ministre des Outre-mer, ont remis les principales conclusions de la conférence logement en outre-mer.

Ouverte en janvier dernier, elle a abouti à des conclusions étayées par les remontées lors d’ateliers nationaux et territoriaux, articulées autour de quatre axes :

  • AXE N°1 - Mieux connaître les besoins et mieux planifier pour mieux construire
  • AXE N°2 - Adapter l’offre aux besoins des territoires
  • AXE N°3 - Maîtriser les coûts de construction ou de réhabilitation
  • AXE N°4 - Faciliter la mobilisation du foncier et les opérations d’aménagement.

Prochaines étapes : en septembre prochain avec la signature du plan logement 2019-2022 et en décembre avec la signature des accords territoriaux.

 

Consulter le dossier de presse [3].

Auteur(s):