Publié le mercredi 26 juin 2019
tiers_lieux_milieu_rural_26062019.jpg
tiers_lieux_milieu_rural_26062019.jpg
Lieux de rencontre, de travail et de création, les tiers-lieux apportent vitalité et dynamisme dans les territoires ruraux. Un enjeu clé pour les zones rurales isolées, soumises à des difficultés d’accès aux transports et aux services du quotidien, et en butte à une offre sociale et culturelle faible… Pourtant, les initiatives locales ne manquent pas !

Découvrez notre chronique « Acteurs des territoires » ! Nous vous présentons un acteur local – association ou entreprise – que nous soutenons.

Lieux de rencontre, de travail et de création, les tiers-lieux apportent vitalité et dynamisme dans les territoires ruraux. Un enjeu clé pour les zones rurales isolées, soumises à des difficultés d’accès aux transports et aux services du quotidien, et en butte à une offre sociale et culturelle faible… Pourtant, les initiatives locales ne manquent pas !

Pour soutenir leur développement, en particulier dans les territoires fragiles, le Gouvernement a lancé le programme « Nouveaux lieux, nouveaux liens », porté par le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales. Nous vous emmenons dans la Drôme et l’Ardèche, à la découverte de tiers-lieux qui font vivre les territoires !

Chronique n° 30 : dans l’Ardèche méridionale, à Vesseaux (07), petit village de 1 900 habitants, l’ancienne maison de retraite – inoccupée depuis quelques années – a été réinvestie en tiers-lieu par de jeunes volontaires. Leur projet : s’y installer pour en faire un lieu partagé de travail, de vie, de création, de culture et de lien social. Une vingtaine de personnes se côtoie dans ce qui fut, autrefois, un couvent et fait vivre, au quotidien, le Vesseaux-Mère : une grande bâtisse de 1 200 m² que l’on appelle désormais un « tiers-lieu ».

Un lieu aux usages multiples

Au Vesseaux-Mère, les bureaux partagés et les ateliers proposés à la location affichent complet, et la diversité des métiers représentés est grande. On y trouve une traductrice, un vidéaste, des graphistes, une costumière, un ingénieur, une savonnière et même des danseurs et professionnels du cirque.

tiers_lieux_milieu_rural_1_26062019.jpg

tiers_lieux_milieu_rural_1_26062019.jpg, par flavictoire [1]

© MCTRCT

Certains, auparavant travailleurs indépendants dans les environs de Vesseaux avant l’arrivée du tiers-lieu sur la commune, ont accueilli comme une aubaine la possibilité de travailler en « coworking » et de pouvoir ainsi tisser de nouvelles collaborations. Rita, traductrice en freelance dans les bureaux du Vesseaux-Mère, témoigne : « Cela me permet une meilleure répartition entre vie privée et vie professionnelle, de développer mon réseau et d’élargir mes opportunités de travail ».

Mais plus qu’un simple lieu de travail partagé, le Vesseaux-Mère se veut avant tout être un lieu de vie, avec un projet de chambres et d’espaces à louer pour des séminaires, un jardin partagé et des salles communes qui pourront accueillir des activités artistiques, culturelles et solidaires. En projet également, des activités de médiation numérique à destination de toutes les personnes désireuses de mieux manier les outils informatiques.

tiers_lieux_milieu_rural_2_26062019.jpg

tiers_lieux_milieu_rural_2_26062019.jpg, par flavictoire [1]

© MCTRCT

L’humain au cœur du projet

À l’origine du projet, Avril Ladauge, co-fondatrice du Vesseaux-Mère, raconte : « Nous étions de jeunes urbains désireux de vivre au vert. C’est une aventure complète, humaine, qui se bâtit de jour en jour à partir des besoins des usagers ».

Pour Raphaël Boutin, membre du Conseil national des tiers-lieux, « Les tiers-lieux reposent sur une ressource principale, c’est la richesse humaine, la ressource humaine. Ce sont des gens qui se réunissent pour travailler et créer ensemble ».

Pour pouvoir ouvrir largement au public et continuer à développer ses projets, le Vesseaux-Mère compte bien tisser des partenariats avec le réseau associatif local existant et les acteurs publics, à commencer par la municipalité.

Max Tourvieilhe, maire de la commune de 1 900 habitants, se réjouit de l’arrivée du Vesseaux-Mère en plein cœur de son village : « Le gros avantage de ces tiers-lieux, c’est le lien social entre nouveaux et anciens habitants, que tout élu a besoin de favoriser. C’est aussi un rapprochement entre le monde rural et le monde urbain. »

Découvrez également notre reportage vidéo, entre la Drôme et l’Ardèche :

Le Gouvernement s’engage pour les tiers-lieux
Lundi 17 juin 2019, le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales a annoncé, avec le programme « Nouveaux lieux, nouveaux liens » [2], des mesures de soutien inédites en faveur des tiers-lieux.
  
Retour sur la journée du 17 juin 2019 [2]

Auteur(s):