Publié le jeudi 06 juin 2019
sport_v2_06062019.jpg
sport_v2_06062019.jpg
Une centaine de participants présents, ce 6 juin, pour une journée consacrée au sport dans les quartiers prioritaires ! Co-organisé par le ministère des Sports et le CGET à Chatenay-Malabry (92), cet événement a mobilisé les acteurs du monde du sport pour favoriser les projets et activités sportives dans les quartiers de la politique de la ville. En effet, pour les publics les plus fragiles, le sport est un facteur de bien-être mais aussi vecteur d’inclusion et de lien social.

Une centaine de participants présents, ce 6 juin, pour une journée consacrée au sport dans les quartiers prioritaires ! Co-organisé par le ministère des Sports et le CGET à Chatenay-Malabry (92), cet événement a mobilisé les acteurs du monde du sport pour favoriser les projets et activités sportives dans les quartiers de la politique de la ville. En effet, pour les publics les plus fragiles, le sport est un facteur de bien-être mais aussi vecteur d’inclusion et de lien social.

Collectivités territoriales, services de l’État, associations et fédérations sportives ont répondu à l’appel du ministère des Sports et du CGET pour une journée de travail et de partage d’expériences. Les différents temps de la journée – présentation de la politique de la ville, de ses dispositifs et de ses acteurs, exemples concrets de projets… – ont permis aux participants de comprendre et de s’outiller pour développer davantage de projets sportifs durables dans les quartiers prioritaires.

Le sport, instrument de cohésion sociale

Vecteur de sociabilité, de mixité sociale et d’insertion pour les jeunes en difficulté, encourager la pratique sportive fait partie intégrante des objectifs fixés par la mobilisation nationale en faveur des habitants des quartiers. Parmi les lauréats du #TremplinAsso [1], qui recevront une enveloppe totale de 15 millions d’euros par an pour essaimer leurs projets à plus grande échelle pendante trois ans, une association sur cinq intervient dans le domaine du sport. L’Agence nationale du sport, de son côté, s’engage à développer des équipements sportifs dans les 50 quartiers prioritaires les plus carencés.

À noter : dans la lignée de la circulaire « Sports - Villes - Inclusion » du 19 avril dernier, entre le ministère des Sports et celui de la Ville et du Logement, ou encore de la création de l’Agence nationale du sport [2], les liens entre sport et politique de la ville ne cessent de se resserrer.

En savoir plus
Sur le même sujet, retrouvez notre guide pratique « Le sport au service de la cohésion » [3] : des fiches-méthodes pour aider les associations à monter leurs projets sportifs, ainsi que les fiches de l’ONPV sur l’accessibilité à pied des équipements sportifs dans les quartiers prioritaires [4].

Auteur(s):