BREXIT

La France positionne Lille pour l’accueil de l’Agence européenne du médicament

Publié le 03/05/2017

Après le vote du Brexit en Grande-Bretagne, l’Agence européenne du médicament – actuellement implantée à Londres – va devoir être relocalisée dans l’un des États membres de l’Union européenne, fin 2018. Lille est en concurrence avec 21 autres villes européennes.

À l’origine, huit villes françaises se sont portées candidates : Lens-Liévin (62), Lille (59), Lyon (69), Montpellier (34), Nice (06), Paris Sud Villejuif (94), Strasbourg (67) et Toulouse (31). Des candidatures examinées par un comité d’audition – coprésidé par Geneviève Fioraso, ancienne ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et François Philizot, préfet –, composé de représentants des administrations centrales concernées : santé, économie et finances, affaires étrangères, Secrétariat général des affaires européennes et CGET.

La mission de ce comité : identifier, de façon objective, le territoire dont les caractéristiques et les atouts offriraient à la France, dans ses négociations avec les autres États membres, les meilleures chances de succès.

Le comité a ainsi présélectionné trois candidatures : Lille, Lyon et Paris Sud Villejuif. Le président de la République et le Premier ministre ont ensuite décidé de présenter la candidature de Lille.

Un travail interministériel et les collectivités concernées avec une Task force est en cours pour préparer au mieux la candidature européenne de Lille.

Lire le communiqué du Gouvernement