LUTTE CONTRE LA RADICALISATION DES JEUNES

France et Belgique main dans la main

Publié le 22/09/2016

« La France et la Belgique mutualisent leurs forces pour gagner la bataille de la vie. Car nous en sommes là : c’est l’idée même de la vie que nous devons défendre face à une idéologie morbide, à l’obscurantisme, au fanatisme violent. » C’est par ces mots que Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, a clôturé le premier séminaire franco-belge dédié à la prévention de la radicalisation, qui s’est tenu le 15 septembre dernier, à Paris.

Ce séminaire a constitué une première déclinaison concrète de la Déclaration signée par la France et la Belgique, en mai dernier, à l’occasion du Conseil de l’Union européenne sur la jeunesse. L’objectif est d’intensifier la coopération entre les deux pays par l’échange de bonnes pratiques afin de renforcer l’efficacité des actions de prévention de la radicalisation.

Aux côtés d’Isabelle Simonis, ministre de l’Enseignement de promotion sociale, de la Jeunesse, des Droits des femmes et de l’Égalité des chances de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Patrick Kanner a rappelé les priorités d’action du Gouvernement : développer l’esprit critique des adolescents, renforcer la présence des adultes, contrôler les associations et les clubs sportifs, coordonner l’action de terrain.

Depuis 2015, la France a consacré près de 20 millions d’euros de crédits à la prévention de la radicalisation.

Cette coopération constitue une étape supplémentaire dans la lutte contre l’extrémisme violent. La prochaine rencontre aura lieu en Belgique, dans quelques mois.

En savoir plus : http://www.jeunes.gouv.fr/actualites/actualites-interministerielles/article/cloture-du-seminaire-franco-belge

Et aussi...
  
Ville & Banlieue signe une convention avec l’État
 

L’association de maires Ville et Banlieue de France (AMVBF) a signé une convention de partenariat avec le ministère de l’Intérieur et le ministère de la Ville, le 7 septembre dernier. Elle vise, notamment, la formation des maires, élus et agents communaux et intercommunaux au phénomène de radicalisation, aux valeurs de la République et laïcité ainsi qu’à la détection et au signalement des cas de radicalisation.
  
Les communes portant des actions préventives peuvent obtenir l’appui financier du Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD), via leurs préfectures.
 
Convention téléchargeable
Cette convention fait suite aux propositions « pour la prévention des dérives sectaires et fondamentalistes dans les quartiers prioritaires », remises par l’association au ministre de la Ville, en janvier dernier.