Développement urbain

Urbact : quinze ans de coopération et 1 000 villes européennes mobilisées


Publié le 13/02/2019

Emmanuel Moulin, directeur d’Urbact au CGET, nous présente ce programme de coopération territoriale unique en Europe, lié au développement urbain. À l’occasion des 15 ans d’Urbact, la revue « Urbanisme » lui consacre un hors-série.

Urbact a fêté ses 15 ans en 2018 : quel bilan peut-on en tirer ?

Depuis sa création, 140 réseaux Urbact ont été mis en place en Europe. Ils mobilisent, au total, près de 1 000 villes. Urbact est un programme européen de coopération territoriale unique : il permet aux villes des 28 États-membres, ainsi que la Suisse et la Norvège, d’échanger leurs expériences et bonnes pratiques sur une grande diversité de thématiques liées au développement urbain.

Sur les 350 villes impliquées actuellement dans un réseau Urbact, une vingtaine est française. Ce sont des villes de toute taille : 60% d’entre elles ont plus de 100 000 habitants, 25% moins de 50 000. C’est un enjeu pour nous de réussir à impliquer davantage les petites et moyennes villes qui ont particulièrement besoin de l’expertise et de l’échange avec des pairs européens.

Découvrez le hors-série spécial Urbact, en vente chez Urbanisme :

urbanisme_13022019.jpg

urbanisme_13022019.jpg, par flavictoire

En quoi les politiques publiques portées par le CGET sont-elles directement liées aux travaux des réseaux Urbact ?

Parmi les problématiques majeures dont s’emparent les réseaux, on trouve la question des petites et moyennes villes – revitalisation des centres-villes, mobilité, accès aux services… –, le numérique avec la digitalisation des services aux administrés, et la politique de la ville. Trois sujets au cœur de l’action du CGET !

Sur le dernier thème, Urbact a récemment mis en place un groupe de travail entre quatre villes – Lille en France, Berlin en Allemagne, Łódź en Pologne et Barcelone en Espagne – afin de produire un pacte européen pour les quartiers défavorisés. L’objectif est de concevoir un cadre, de donner des orientations pour inciter l’utilisation des fonds européens en faveur des quartiers en difficulté.

equipe_urbact_13022019.jpg

equipe_urbact_13022019.jpg, par flavictoire

L’équipe du secrétariat Urbact lors du Festival des villes à Lisbonne, les 13 et 14 septembre 2018 ©Urbact

Le programme Urbact, une nouvelle manière de coopérer ?

Avec Urbact, nous avons instauré une méthode de travail inédite au travers de réseaux transnationaux : nous construisons un cadre de travail en commun et mettons à disposition des outils pour que les villes puissent apprendre les unes des autres, renforcer leurs savoir-faire et s’inspirer des expériences de leurs pairs. Et ce, malgré les différences de culture, de langue…

Dans le cadre de notre dernier appel à projets, ouvert du 7 janvier jusqu’au 17 avril prochain, le comité de suivi d’Urbact sélectionnera les 23 prochains réseaux de conception de stratégies et de plans d’actions intégrés qui démarreront en septembre 2019, soit environ 200 villes.

Urbact développe par ailleurs une activité de formation pour les villes, que ce soit au niveau transnational avec les universités d’été ou au niveau national via les 25 points nationaux Urbact. Le programme est également un membre très actif de l’Agenda Urbain pour l’UE, qui produit des plans d’action communs avec les États, les villes et d’autres acteurs européens.

La méthode de coopération transnationale d’Urbact est maintenant reconnue au-delà de l’Europe : nous sommes en train de mettre en place un réseau de douze villes africaines, avec l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) et l’Agence française de développement (AFD).

En savoir plus
Le CGET est l’autorité de gestion d’Urbact, responsable vis-à-vis de l’Union européenne et des États. Il en assure la mise en œuvre grâce au secrétariat dédié, rattaché à l’Anru.
Ce programme est cofinancé par les fonds européens (Feder), les États et les villes concernés. Urbact est actuellement à sa troisième période (2014-2020), pour laquelle il a reçu le budget de 96 millions d’euros. Au niveau de sa gouvernance, l’organe de décision est le comité de suivi, composé des 28 États-membres de l’UE ainsi que la Suisse et la Norvège. https://urbact.eu/

Thématiques liées à l'article