Voiture

Une dépendance et un taux d’équipement inégaux selon les territoires


Publié le 06/12/2018

Le constat

77 % des déplacements quotidiens, en moyenne, sont effectués en voiture dans les aires périurbaines, 75 % dans les communes rurales, 70 % dans les banlieues des grandes villes et 51 % dans les communes centres.

Par ailleurs, le taux d’équipement varie selon la catégorie sociale : à l’échelle nationale, 82 % des ménages ouvriers ou employés possèdent une voiture, contre 95 % des cadres.

Dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, la part des ménages ne possédant aucune voiture varie de 29 à 41 % selon la taille de l’unité urbaine*, contre 12 à 21 % dans le reste de leur agglomération.
* Hors unité urbaine de Paris.

Le décryptage                                                                       

La dépendance à la voiture.

Au cours des dernières décennies, la France a connu un fort étalement urbain. Les espaces périurbains se sont étendus de manière importante en raison du développement de l’automobile et de l’encouragement à accéder à la propriété privée, notamment la maison individuelle.

Sous l’effet du décalage croissant entre la localisation des emplois (surtout les plus qualifiés, qui se concentrent dans les grandes agglomérations) et des lieux d’habitation, les Français ont vu la durée de leurs trajets domicile/travail augmenter.

Aujourd’hui, 16,7 millions de personnes ayant un emploi travaillent dans une autre commune que celle où elles résident. 80 % de ces « navetteurs » se rendent à leur travail en voiture, principal mode de transport intercommunal.

Un niveau d’équipement automobile inégal

La voiture est un marqueur social. Les ménages les plus modestes – espaces très ruraux, zones densément urbanisées et quartiers prioritaires de la politique de la ville – ont un niveau d’équipement automobile bien inférieur à la moyenne nationale.

Pour nombre de Français, en particulier les plus fragiles, cela constitue un frein à leur déplacement, impactant leur accès aux services, aux loisirs, mais surtout à l’emploi. La mobilité devient un enjeu sociétal majeur (lire article sur le projet de loi mobilités).

À noter
L’Observatoire des territoires du CGET publiera une fiche d’analyse consacrée aux mobilités quotidiennes dans les territoires, au printemps 2019. De même, l’Observatoire national de la politique de la ville consacrera une fiche d’étude à ce sujet dans les quartiers prioritaires.

Sources données infographie : base unifiée des enquêtes Déplacements 2017 et 2018 du Cerema.

Thématiques liées à l'article