Cohésion sociale

Un tremplin pour les associations dans les quartiers prioritaires

Intervention de Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement

© JoannaBinK pour le CGET


Publié le 26/04/2019

44, c’est le nombre d’associations lauréates de l’appel à manifestation d’intérêt, lancé en février dernier, dévoilé par Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, le 26 avril. Ce même jour, le ministre a également rencontré des petites associations afin d’évoquer avec elles des mesures de simplification pour faciliter leur action de terrain dans les quartiers prioritaires.
Cette journée #TremplinAsso avait pour objectif de valoriser le rôle essentiel des associations structurantes et des associations de proximité pour la cohésion sociale et l’émancipation des habitants des quartiers.

« Les associations font partie de l’ADN de la politique de la ville. Elles sont l’une des composante du triptyque avec l’État et les collectivités locales », a souligné Julien Denormandie. De fait, près de 8 500 associations agissent, au quotidien, pour la solidarité et la citoyenneté auprès des habitants des quartiers prioritaires : éducation, culture, sport, insertion sociale et professionnelle, égalité femmes-hommes, santé…

Le 26 avril après-midi, Julien Denormandie recevait une quinzaine de ces associations de proximité. Ces échanges viendront alimenter un plan que va proposer le ministre, en juin prochain. En effet, pour les petites associations très locales, bien implantées dans le quotidien des quartiers et essentiellement animées par des bénévoles, l’enjeu est de faciliter leurs démarches administratives et d’inscrire leurs actions et projets dans la durée. « Nous voulons promouvoir une logique de simplification et de financement pluriannuel. Actuellement, seulement 8 % de ces petites associations, soutenues par les partenaires des contrats de ville – État et collectivités –, bénéficient de conventions sur trois ans. Le but est que 35 % d’entre elles soient dans cette logique, d’ici 2020 », indique le ministère de la Ville et du Logement.

À savoir : dans les territoires de la politique de la ville, les associations sont soutenues par les crédits de l’État, sanctuarisés jusqu’en 2022, et des crédits des collectivités territoriales au travers des contrats de ville. Cela représente 200 millions d’euros mobilisés par an.
Voir le dossier de presse.

 

APPEL À MANIFESTATION D'INTÉRÊT

15 millions d’euros pour servir de tremplin à 44 projets associatifs

15 millions d’euros pour servir de tremplin à 44 projets associatifs