Entreprises et jeunes diplômés

Parrainage, mode d’emploi

Crédit photo : Fanny REYNAUD/CIT'Images


Publié le 18/08/2016

Comment mobiliser les entreprises pour soutenir l’insertion des jeunes diplômés grâce au parrainage ? Comment les accompagner dans cette démarche et la transmission de leurs compétences ? Pour apporter des clés concrètes, le CGET édite un « Guide pratique de création et d’animation d’un réseau de parrainage vers l’emploi au sein des entreprises ».

Informations sur les réseaux d’accompagnement des entreprises, les étapes de mise en œuvre du parrainage, le rôle des parrains/marraines, leur formation, la plus-value pour les PME et des témoignages étoffent ce document de 24 pages.

Consultable et téléchargeable sur : https://www.cget.gouv.fr/sites/cget.gouv.fr/files/atoms/files/guide-reseau-parrainage-cget-2016.pdf

 

Qu’est-ce que le parrainage ?

im1.png

im1.png, par flavictoire

 

Comment les entreprises sont-elles accompagnées ?

im2.png

im2.png, par flavictoire

 

Quelle est la situation ?

Même avec un diplôme élevé et quelle que soit leur origine, les habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) sont fortement exposés au chômage. En 2014, le taux atteint 18,8 % pour les Bac+2 et plus en QPV, contre 6,5 % dans les unités urbaines environnantes, note le rapport 2015 de l’Observatoire national de la politique de la ville.

Pour les jeunes diplômés des quartiers prioritaires l’insertion dans la vie active s’avère bien plus âpre que pour leurs pairs, par manque de réseaux familial ou amical, qui puissent les orienter dans leurs parcours professionnels ou les guider vers les entreprises, et du fait des freins que génèrent les discriminations liées à l’origine ou à l’adresse.

Pour pallier cet état de fait, un plan national de développement du parrainage a été décidé lors du Comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté du 6 mars 2015.

 

Repères
 
Le plan national de développement du parrainage
bénéficie d’ores et déjà à près de 25 000 demandeurs d’emploi, dont plus de 6 000 habitants des quartiers prioritaires de politique de la ville. L’objectif est de doubler, d’ici 2017, le nombre de bénéficiaires de ce dispositif.