×

Message d'erreur

  • Le fichier spécifié sites/all/modules/contrib/scald/assets/thumbnail_default.png n'a pas pu être copié car le répertoire de destination n'est pas correctement configuré. Cela peut être dû à un problème de permissions sur le fichier ou le répertoire. Plus d'informations sont disponibles dans la journalisation du système.
  • Le fichier spécifié sites/all/modules/contrib/scald/assets/thumbnail_default.png n'a pas pu être copié car le répertoire de destination n'est pas correctement configuré. Cela peut être dû à un problème de permissions sur le fichier ou le répertoire. Plus d'informations sont disponibles dans la journalisation du système.
  • Le fichier spécifié sites/all/modules/contrib/scald/assets/thumbnail_default.png n'a pas pu être copié car le répertoire de destination n'est pas correctement configuré. Cela peut être dû à un problème de permissions sur le fichier ou le répertoire. Plus d'informations sont disponibles dans la journalisation du système.
  • Le fichier spécifié sites/all/modules/contrib/scald/assets/video.png n'a pas pu être copié car le répertoire de destination n'est pas correctement configuré. Cela peut être dû à un problème de permissions sur le fichier ou le répertoire. Plus d'informations sont disponibles dans la journalisation du système.
Politique de la ville

Le Gouvernement investit 100 millions d’euros dans les Cités éducatives


Publié le 20/02/2020

Etape-clé pour les Cités éducatives, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, et Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement ont annoncé ce jour les enveloppes à chacune des 80 Cités éducatives pour les trois prochaines années.

Avec le fonds d’amorçage de 8 millions d’euros en 2019, ce sont 100 millions d’euros qui vont être engagés par l’Etat d’ici à 2022 pour faire de ces territoires des lieux de réussite républicaine, soit le programme le plus ambitieux en matière de politique de la ville depuis le lancement des programmes de rénovation urbaine en 2003 et 2014.

Les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) font face à de forts enjeux économiques et sociaux avec un taux de pauvreté de 40% en moyenne et un chômage deux fois et demi supérieur au reste du territoire.

Il est du devoir de la République de répondre à ces enjeux en agissant à la racine par l’éducation et le soutien à la parentalité. C’est le sens de la politique menée depuis son installation par le Gouvernement avec le dédoublement des classes de CP et de CE1, les « devoirs faits », le « plan mercredi » ou encore les plus de 30 000 stages de qualité pour les élèves de troisième des quartiers

Cependant, même mobilisé dès le plus jeune âge avec l’obligation de scolarité à 3 ans, le cadre scolaire ne peut à lui seul compenser un environnement familial et social défavorisé.

Comme l’explique Jean-Michel Blanquer : « C’est par l’école qu’il est possible de lutter à la racine contre les déterminismes et les assignations, c’est par l’école qu’on élève le niveau général et qu’on œuvre à la justice sociale. Les Cités éducatives, dont le cœur est le collège du quartier, vont permettre de fédérer tous les acteurs et d’offrir aux enfants une éducation de qualité sur le temps scolaire, périscolaire et extrascolaire ».

Comme le souligne Julien Denormandie, « l’ambition des Cités éducatives est ainsi de fédérer toutes les énergies des acteurs intervenant dans l’éducation des enfants, éducatifs, associatifs, culturels, sportifs et partageant les valeurs républicaines pour renforcer des prises en charges éducatives, en lien avec les familles. Ces cités éducatives sont au cœur de la politique de réussite républicaine que je porte dans les quartiers. »

Elément central de la mobilisation nationale pour les quartiers souhaitée par le président de la République, ce programme porté par l’ANCT est né à partir d’initiatives menées sur le terrain par les élus locaux, les services de l’État et les associations à Grigny, à Clichy-sous-Bois, ou encore à Chanteloup-les-Vignes.

 

Après un fonds d’amorçage de 8 millions d’euros en 2019, le ministère de la ville déléguera dès 2020 et pendant trois ans aux préfets près de 30 millions d’euros par an pour les 80 Cités éducatives pour alimenter les plans d’actions. Ces moyens permettront de financer des actions concrètes, pour conforter le rôle de l’école, promouvoir la continuité éducative dans les quartiers, et ouvrir le champ des possibles aux enfants et aux jeunes. Ces plans d’actions seront déployés en partenariat avec les collectivités, l’Etat et les associations.

Un label d’excellence de « territoire à haute qualité éducative »

Le label d’excellence Cités éducatives a ensuite été attribué en septembre 2019 aux 80 territoires qui ont montré leur détermination à faire de l’éducation une grande priorité partagée pour la réussite des enfants et des jeunes concernés.

Des plans prévisionnels d’actions ambitieux pour 2020-2022

Dans la foulée, les cités éducatives ont élaboré des projets prévisionnels d’action pour conforter la réussite des enfants et des jeunes. Des partenariats opérationnels se noueront dans des « alliances éducatives locales », avec des financements des collectivités ou de l’Etat, au titre de ses grandes politiques (politique académique, contrat de ville, renouvellement urbain, stratégie pauvreté, santé, formation-insertion, sport, culture, sécurité, etc.).

Un suivi transparent et un partage des pratiques inspirantes

Chaque cité éducative signera une convention-cadre formalisant les engagements de l’Etat et de la collectivité porteuse, avec un protocole d’évaluation. Une plateforme numérique permettra à chaque site de communiquer largement, et d’échanger avec d’autres cités éducatives. Des bonnes pratiques et des évaluations nationales ou locales inspireront tous les territoires engagés dans un défi éducatif.

 

 

Thématiques liées à l'article