Conseil national de la montagne

La montagne a une place particulière au sein de l’Agence

Le Conseil national de la montagne, dont l'ANCT assure le secrétarait général, réuni à Saint-Dié-des-Vosges (88). Crédit : Anthony Voisin.


Publié le 22/01/2020

Saint-Dié-des-Vosges (88) a accueilli le Conseil national de la montagne, dont l’Agence nationale de la cohésion des territoires assure le secrétariat général, le 10 janvier dernier. Retour sur les thématiques abordées lors de cette réunion annuelle du Conseil, présidé par Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales.

Réunis le 10 janvier dernier, quelque 70 participants du Conseil national de la montagne (CNM) ont échangé avec la ministre autour de trois sujets d’actualité, notamment.

Jacqueline Gourault a détaillé le projet de loi « Décentralisation, différenciation et déconcentration » (lire la présentation), pour lequel elle va conduire des concertations dans toutes les régions. Ces concertations mettront au cœur des échanges les politiques de la vie quotidienne : logement, transition écologique et mobilités. Des sujets clés pour les territoires de montagne, soumis aux aléas climatiques qui impactent leurs activités agricoles, touristiques et économiques, notamment.

À savoir
Cette année, la France préside la Stratégie de l’Union européenne pour la région alpine (Suera), qui implique sept États. Lors du CNM, Christiane Barret, déléguée générale de la Suera, a présenté les objectifs 2020, qui portent sur les enjeux de transition écologique. La présidence française sera lancée le 4 février prochain, à Lyon. En savoir plus ici.

Un programme « Ruralités–Montagne » au sein de l’ANCT

Jacqueline Gourault a présenté aux participants le rôle de l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), en présence de son directeur général, Yves Le Breton. Elle a évoqué la manière dont l’Agence, en s’appuyant sur les pratiques des commissariats de massif, va apporter une réponse opérationnelle aux projets des territoires. La ministre a souligné que les territoires de massifs occuperont « une place particulière » au sein de l’Agence, comme en témoigne la présence de l’Association nationale des élus de la montagne (Anem) dans son conseil d’administration.
En savoir plus sur les selon modes d’interventions de l’Agence ici.

Lors de ce CNM, Jacqueline Gourault a annoncé la création d’un programme « Ruralités–Montagne » au sein de l’ANCT. Il sera lancé mi-2020.

cnm_100119_165bd.jpg

cnm_100119_165bd.jpg, par nkharbache

Annie Genevard, présidente de l'Anem, et Yves Le Breton, directeur général de l'Agence nationale de la cohésion des territoires. Crédit: Anthony Voisin.

Une copopération étroite entre territoires

Le Conseil national de la montagne a consacré un temps de travail aux contrats de réciprocité. À l’instar de celui signé entre la métropole de Strasbourg, la ville de Saint-Dié-des-Vosges et la communauté de communes de la vallée de la Bruche, ce type de contrat de territoire vise à créer des synergies entre les zones urbaines et montagnardes, pour mettre en commun leurs atouts et ressources, afin de renforcer leur développement et leur attractivité. Il prévoit quatre axes de coopération : mobilité et vie quotidienne ; tourisme et loisirs ; agriculture de montagne (circuits courts) et filières de diversification ; filières industrielles (notamment bois).
(Re)lire nos travaux sur les coopérations entre les métropoles et les territoires environnants.

La présentation du rapport d’activité du Conseil et de ses travaux a également été l’occasion d’aborder des sujets de préoccupation, par exemple le statut des saisonniers, mais aussi l’avenir de l’agriculture de montagne, l’équilibre entre les espaces forestiers et les espaces agricoles ou, encore, les difficultés que connaissent les zones transfrontalières…

Repères
Le Conseil national de la montagne est une instance consultative, force de proposition pour définir les objectifs de développement, d’aménagement et de protection de la montagne.
Ses 80 membres se composent de parlementaires, de représentants des régions et départements, des neuf massifs – Alpes, Corse, Jura, Massif central, Pyrénées, Vosges, Réunion, Martinique et Guadeloupe –, de la société civile et du monde associatif.
L’Agence nationale de la cohésion des territoires assure son secrétariat général.