Numérique

La couverture du territoire s’accélère

Pose de la fibre optique à Saint-Rambert-en-Bugey (01)

© CC Classiccardinal/Wikimedia Commons


Publié le 06/12/2018

11 000 locaux supplémentaires, par jour ouvré, sont raccordés à la fibre pour accéder à l’Internet très haut débit, et 3 000 pylônes en 2G ou 3G ont été convertis en pylônes 4G, depuis le 1er janvier 2018. Un rythme soutenu pour résorber la fracture numérique et ses conséquences territoriales, sociales et économiques que le Gouvernement s’est engagé à résorber. C’est ce qu’ont rappelé Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, et Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, lors du 2e point trimestriel sur l’avancée de la couverture numérique du territoire, le 6 décembre.

2018 est l’année où le déploiement du numérique a le plus progressé. « Au 3e trimestre, 750 000 nouveaux locaux ont été équipés, soit 11 000 par jour ouvré. [L’accélération de la couverture numérique] est aussi un chantier créateur d’emplois, avec une projection de 28 000 nouveaux emplois d’ici 2022 », a indiqué Jacqueline Gourault. Par ailleurs, on compte 3 millions de locaux éligibles au FTTH (fibre et Très Haut Débit) de plus qu’au 3e trimestre 2017.

Le Gouvernement souhaite accélérer encore la couverture numérique pour répondre à l’enjeu de cohésion sociale et de mission de service public : « Le numérique est une clé essentielle de lutte contre les fractures territoriales. On installe l’accès au numérique dans les zones où l’on capte peu, ou pas du tout, et que les opérateurs ont peu d’intérêt à couvrir, a souligné la ministre. (…) Nous avons mis plus de cent ans à installer le téléphone en France. Nous allons mettre dix ans, de 2013 à 2022, à déployer Internet sur l’ensemble du territoire. »

Téléphonie : 115 zones blanches supplémentaires identifiées

Certaines fractures territoriales se sont parfois doublées d’une fracture numérique, ce qui pénalise l’attractivité des zones rurales, le développement des entreprises et l’accès aux services en ligne de leurs habitants. « Il y a encore de nombreux endroits où l’on ne capte pas avec son téléphone. Nous avons identifié 115 zones blanches supplémentaires, a indiqué Julien Denormandie. Elles s’ajoutent aux 485 déjà identifiées en 2018, et sont à traiter pour assurer une bonne couverture de téléphonie mobile pour tous. »

Fibre : une aide aux particuliers et aux entreprises

Pour réduire cette fracture et faciliter l’inclusion numérique des habitants dans les territoires fragiles, l’État va mettre en place une aide financière : « Installer la fibre coûte parfois plus cher qu’ailleurs. Pour assurer l’accès de tous à Internet, on va mettre en place un guichet de cohésion numérique : jusqu’à 150 euros pour les particuliers et les entreprises dans les territoires concernés », a annoncé Julien Denormandie.

150 euros par foyer
Doté d’un montant de 100 millions d’euros, le guichet de « Cohésion numérique des territoires », annoncé par le Premier ministre en décembre 2017, soutiendra l’équipement en kit de réception par les particuliers (parabole satellite ou antenne), à hauteur de 150 euros maximum par foyer. Il vise à faciliter le déploiement du bon haut débit (supérieur à 8Mbit/s) grâce aux réseaux hertziens (satellite, 4G fixe ou THD radio).

Ce 2e point d’étape du Gouvernement sur le déploiement de la couverture numérique du territoire a permis de relever l’avancée du programme, qui implique les pouvoirs publics, les opérateurs privés, les communes…, entre autres à travers les « réseaux d’initiative publique ».

Lire le dossier sur le site du ministère.

Thématiques liées à l'article