Action Cœur de Ville

L’habitat, un axe d’attractivité majeur

Centre historique de Troyes

© DXR / Daniel Vorndran


Publié le 06/12/2018

La première réunion des groupes de travail d’Action Cœur de Ville s’est déroulée au CGET, le 30 novembre dernier, sur le thème de l’habitat. Exemples avec Vitré et Troyes.

La première réunion de travail consacrée à l’habitat a réuni quelque 60 participants, représentants de l’État, des collectivités, des partenaires, des bailleurs sociaux, des Architectes des bâtiments de France et des entreprises. Cette rencontre d’une demi-journée leur a notamment permis d’échanger des informations sur les dispositifs favorisant la revitalisation des centres – notamment le dispositif Pinel dans l’immobilier ancien, qui promeut de l’investissement intermédiaire locatif dans les villes moyennes –, et de présenter leurs projets de réhabilitation, la démarche mise en place, les contraintes et les leviers rencontrés pour transformer le visage de leur centre-ville.

Deux exemples avec Vitré et Troyes

Le directeur général de l’aménagement de la ville de Vitré, en Ille-et-Vilaine, Rodrigue Henrio, a exposé le projet de réhabilitation d’un centre commercial tombé en désuétude. Pour le rénover et l’inscrire dans le projet de redynamisation de la ville, Vitré a choisi de travailler sur les usages du lieu et la mixité des services qu’il pourrait offrir. Le projet envisage aussi la création d’une centaine de logements avec une mixité à la fois sociale (habitat locatif et social) et générationnelle (logement pour les seniors). Une fois l’étude achevée et le dossier monté par la collectivité, Vitré a lancé un appel à projet pour sa réalisation, mais la consultation n’a pas abouti faute d’opérateurs intéressés.

Pour Troyes, dans l’Aube, Xavier Vittori, directeur de l’urbanisme et du développement urbain, a évoqué la politique de requalification et de lutte contre l’habitat insalubre dans le centre historique. Après avoir signé sa convention Action Cœur de Ville en juin dernier, la ville veut accentuer son implication contre la vacance commerciale et s’appuyer sur les leviers du plan pour y maintenir des services et équipements attractifs (dont un cinéma) pour les habitants et les 11 000 étudiants de l’agglomération. Un projet qui devrait faire revivre l’habitat en centre-ville, qui connaît actuellement une vacance de 17 %. La ville ambitionne également d’ouvrir son centre-ville notamment sur les quartiers prioritaires environnant en y installant des équipements collectifs.

Les leviers d’Action Cœur de Ville sur l’habitat

La réhabilitation et la restructuration de l’habitat en centre-ville est l’un des cinq axes structurants d’Action Cœur de Ville pour redynamiser l’attractivité des villes moyennes. Pour preuve, sur plus de 5 milliards d’euros que va mobiliser le plan national sur cinq ans :

  • l’Agence nationale de l’habitat engage 1,2 milliard d’euros sur 5 ans pour la rénovation et la remise aux normes des logements (réhabilitation, l’amélioration énergétique et, l’adaptation des logements et des immeubles, éradication des poches d’habitat indigne…) ;
  • Action Logement investira 1,5 milliard d’euros sur 5 ans pour faciliter la réhabilitation d’immeubles en centre-ville par des Opérateurs du Logement Social ou des investisseurs privés, afin d’être mis à disposition des salariés, en favorisant notamment le logement des jeunes actifs et la mixité sociale.

Lire le détail du programme Action Cœur de Ville.

Le rôle des groupes de travail
Coanimés par le CGET, cinq groupes de travail thématiques ont été formés, en octobre dernier, pour mobiliser les partenaires et acteurs, publics et privés, locaux et nationaux : habitat, commerce et développement économique, mobilités et connexions, architecture et patrimoine, culture et accès aux services, défis de la transition écologique.
Leurs travaux seront menés tout au long de la phase de diagnostic et d’élaboration des projets de territoire.

Thématiques liées à l'article