Action Cœur de Ville

518 projets en cours et un accompagnement renforcé des acteurs

Photo : L. Mignaux / Terra


Publié le 27/07/2018

Le comité de pilotage d’Action Cœur de ville s’est réuni, le 26 juillet dernier, à Paris. Quatre mois après la sélection des 222 villes et agglomérations moyennes retenues dans ce programme national de revitalisation des centres-villes que coordonne le CGET, il a dressé un premier bilan du déploiement du dispositif. Et, à partir des retours des préfets notamment et des élus locaux, d’envisager les évolutions et outils nécessaires à sa mise en œuvre, sur le terrain.

En mars dernier, Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, annonçait la liste des 222 villes retenues dans le plan Action Cœur de Ville. À l’issue de la phase de préparation des projets locaux, le déploiement du plan – dont le CGET assure le suivi – est bien engagé : toutes les villes concernées ont installé leur comité de projet, et 39 conventions-cadres seront signées d’ici la fin du mois (entre la commune sélectionnée, son intercommunalité et les partenaires du plan).

Pour suivre l’avancement, du plan, voir la carte interactive.

Un projet global, décliné autour de cinq axes
À partir d’un diagnostic complet de la situation du centre-ville concerné, la mission du comité de projet local consiste à déterminer les actions de revitalisation concrètes à mener autour de cinq axes. Ils concernent l’habitat, le commerce et développement économique, les mobilités et connexions, le patrimoine et paysage, l’accès du public aux équipements et services.
(Re)lire notre dossier détaillé.

518 projets prêts et 75 millions d’euros engagés

Le comité de pilotage du 26 juillet a relevé un autre signe d’adéquation entre ce dispositif national et les initiatives locales des communes : 518 projets sont prêts et font l’objet d’engagements financiers. Depuis le lancement, l’engagement des financeurs des projets atteint 75 millions d’euros. Et, pour 2018, l’État a déjà engagé 30 millions d’euros au titre de la dotation de soutien à l’investissement public local (DSIL).

À savoir : au total, les 222 villes du dispositif bénéficieront de cinq milliards d’euros sur cinq ans pour revitaliser leur centre-ville.

Pédagogie et formation : un accompagnement des acteurs se met en place

Ce premier bilan a également permis de montrer que de nouveaux partenaires ont rejoint les projets locaux d’Action Cœur de Ville depuis son lancement, comme les Départements et les Régions.

Les pilotes du programme, dont le CGET, conviennent que cette méthode de travail partenariale, déconcentrée et décentralisée nécessite des efforts de pédagogie, d’autant plus que la mise en œuvre du plan exige, au niveau local, une ingénierie de projet importante et la mobilisation des services techniques des intercommunalités et des communes.

Pour répondre à ce besoin, le ministère de la Cohésion des Territoires et le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) vont concevoir des modules de formation (en ligne ou collectifs), destinés aux directeurs de projet Action Cœur de Ville, aux services des collectivités impliqués et aux élus locaux. Ces formations porteront notamment sur les modalités d’intervention des partenaires, en particulier Action logement et l’Agence nationale de l’habitat (Anah).

Par ailleurs, cinq groupes de travail vont se mettre en place afin de construire une communauté de métier sur les villes moyennes et d’accompagner le déploiement du plan. Ils seront composés d’acteurs publics locaux (élus, services techniques), de l’État et des partenaires, d’entreprises qui opèrent ou souhaitent opérer sur les centres-villes ainsi que d’experts. Ces groupes – qui travailleront sur les cinq axes du plan (lire encadré ci-dessus) – se réuniront à partir de l’automne prochain.

Contact : coeurdeville@cget.gouv.fr

Mots-clés liés à l'article