×

Message d'erreur

  • Le fichier spécifié sites/all/modules/contrib/scald/assets/thumbnail_default.png n'a pas pu être copié car le répertoire de destination n'est pas correctement configuré. Cela peut être dû à un problème de permissions sur le fichier ou le répertoire. Plus d'informations sont disponibles dans la journalisation du système.
  • Le fichier spécifié sites/all/modules/contrib/scald/assets/thumbnail_default.png n'a pas pu être copié car le répertoire de destination n'est pas correctement configuré. Cela peut être dû à un problème de permissions sur le fichier ou le répertoire. Plus d'informations sont disponibles dans la journalisation du système.
  • Le fichier spécifié sites/all/modules/contrib/scald/assets/thumbnail_default.png n'a pas pu être copié car le répertoire de destination n'est pas correctement configuré. Cela peut être dû à un problème de permissions sur le fichier ou le répertoire. Plus d'informations sont disponibles dans la journalisation du système.
  • Le fichier spécifié sites/all/modules/contrib/scald/assets/video.png n'a pas pu être copié car le répertoire de destination n'est pas correctement configuré. Cela peut être dû à un problème de permissions sur le fichier ou le répertoire. Plus d'informations sont disponibles dans la journalisation du système.
Interview

3 questions à Pierre Jarlier, président du Cerema


Publié le 20/02/2020

Pour Pierre Jarlier, président du Cerema, partenaire privilégié de l’ANCT, la coopération sur les territoires devra se faire avec le réseau territorial de l’État, en particulier les Directions départementales des territoires et le nouveau conseil aux territoires, mais aussi avec d’autres acteurs : agences d’urbanisme, agences de l’eau, agences techniques départementales…

Qu’attendez-vous du partenariat avec l’ANCT et du « guichet unique » proposé aux élus locaux ?

La loi créant l’ANCT prévoit une communauté d’acteurs intervenant au bénéfice des territoires, dont le Cerema fait partie. C’est un dispositif agile qui repose sur les conventions entre l’ANCT, les autres opérateurs et l’État, mais surtout sur des volontés réciproques. Le Cerema – par la force de son réseau territorial et de son expertise, à fort potentiel technique – est le partenaire naturel de l’ANCT.

De ce partenariat, le Cerema espère qu’il suscitera une communauté de travail bien au-delà des quatre opérateurs. Je veux dire, par-là, que la coopération sur les territoires devra se faire avec le réseau territorial de l’État, en particulier les Directions départementales des territoires et le nouveau conseil aux territoires, mais aussi avec d’autres acteurs : agences d’urbanisme, agences de l’eau, agences techniques départementales…

Quant à la notion de « guichet unique », elle a suscité beaucoup de débats. Je comprends et partage le souhait du président de la République, relayé par la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, que le schéma de fonctionnement soit le plus simple possible pour les acteurs du territoire. Les maires ou présidents d’EPCI ont, pour leurs projets de territoires, une porte d’entrée unique : le délégué territorial.

Le Cerema s’inscrit clairement dans cette organisation s’agissant des projets portés par l’ANCT.

Comment les savoir-faire du Cerema et de l’ANCT vont-ils s’articuler ?  

Le Cerema est un opérateur chargé de produire de l’expertise technique et de participer à la valorisation des connaissances. Il produit ce qu’il est convenu d’appeler « une expertise de deuxième niveau ». L’ANCT et le réseau État ont vocation à produire l’expertise de « premier niveau », généraliste, et à mobiliser le Cerema pour des compétences techniques.

J’ai pleine confiance dans le fait que cette articulation entre niveaux d’expertise et intervention des acteurs mobilisables, et mobilisés, se fera de manière naturelle, car tout le monde a intérêt à la réussite de l’Agence.

Les territoires sont face au défi des transitions. Écologiques, énergétiques, numériques…, ces transitions doivent se décliner dans leurs projets. Pour réussir leur stratégie, les territoires ont besoin d’une expertise transversale : le Cerema peut leur apporter l’appui nécessaire.

Par ailleurs, le Cerema conjugue de multiples expertises de haut niveau, une présence partout en France et des interventions sur toutes les typologies de territoires. Cela lui permet de proposer, à la fois, une approche sur-mesure et une vision globale et transversale. C’est grâce à ce rôle pivot que le Cerema sera un partenaire privilégie de l’ANCT.

Quels sont les premiers chantiers à mener de concert ?

Le premier chantier, c’est d’abord de signer les conventions de partenariat, évidemment. Ensuite, d’intervenir très rapidement sur des actions qui auront valeur de test. Il existe des projets en Occitanie et en Auvergne-Rhône Alpes qui ont atteint un bon niveau de maturité, et nous pourrions intervenir rapidement.

Nous avons, dès le début de notre aventure commune, à dire comment nos actions seront évaluées. Le Cerema, organisme scientifique, a une réelle culture de l’évaluation, et nous souhaitons que cette dimension soit intégrée à notre coopération avec l’ANCT, dès le début.

À titre d’exemple d’intervention de l’Agence, nous travaillons, en ce moment, à un programme relatif aux ponts et ouvrages d’art, et nous sommes présents aussi sur des sujets en lien avec Action Cœur de Ville et Territoires d’industrie. Nous prendrons toute notre part dans le programme « Petites villes de demain ».

Enfin, le Cerema peut mener pour l’ANCT un ambitieux projet de plateforme contenant la « projetothèque », espace de mutualisation des bonnes pratiques et de projets, chère à la ministre de la Cohésion des territoires.

Sur tous ces chantiers comme sur d’autres, le Cerema est d’ores et déjà prêt à être aux côtés de l’ANCT !

En savoir plus
Le Cerema agit sur six domaines : ingénierie territoire, bâtiment, mobilité, infrastructures de transport, environnement et risques, mer et littoral. Outre son apport technique, il participe à des réseaux scientifiques.
Le Cerema est mobilisé pour la réhabilitation responsable du bâti ancien dans le cadre du Creba, le Centre de ressources pour la réhabilitation responsable du bâti ancien. Et il vient d’être labellisé par l’institut Carnot – un label attribué à des laboratoires de recherche publique effectuant des travaux de recherche scientifique en partenariat public-privé – pour son programme Clim’adapt.

Consultez le site du Cerema