Publié le mercredi 27 juin 2018
acv_2_27062018.jpg
acv_2_27062018.jpg
Le 26 juin dernier, les élus des 222 collectivités retenues dans le plan de redynamisation des centres des villes moyennes, Action Cœur de Ville, étaient conviés à une première rencontre nationale, au CGET, à Paris. Ouverte par Serge Morvan, commissaire général à l’égalité des territoires, cette journée d’échanges et de réflexion a été marquée par les interventions d’Édouard Philippe, Premier ministre, Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, et Julien Denormandie, secrétaire d’État.

Le 26 juin dernier, les élus des 222 collectivités retenues dans le plan de redynamisation des centres des villes moyennes, Action Cœur de Ville, étaient conviés à une première rencontre nationale, au CGET, à Paris. Ouverte par Serge Morvan, commissaire général à l’égalité des territoires, cette journée d’échanges et de réflexion a été marquée par les interventions d’Édouard Philippe, Premier ministre, Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, et Julien Denormandie, secrétaire d’État.

« Cette première rencontre nationale Action Cœur de ville est un moment très fort de la relation État-collectivités locales, État-territoires », a relevé en prémabule Serge Morvan, commissaire général à l’égalité des terrtoires. De fait, la journée s’est déroulée en présence de près de 500 participants : maires, présidents d’établissement public de coopération intercommunale (EPCI), directeurs de services des collectivités concernées, opérateurs de l’État… Elle a permis de réunir la communauté des 222 collectivités inscrites dans le plan national, et tous les partenaires qui y participent.

acv_1_27062018.jpg

acv_1_27062018.jpg, par flavictoire [1]

 

Jalonnée de nombreuses interventions d’élus locaux et de représentants du secteur économique, cette journée a constitué le premier rendez-vous du Gouvernement avec les villes retenues dans ce plan d’investissement public d’ampleur, que coordonne le CGET.

Le plan Action Cœur de Ville répond aux grandes transformations du territoire : métropolisation, centralisation régionale, développement de grands ensembles commerciaux et réurbanisation. Il faut aider les villes moyennes à s’adapter à ces évolutions.

Édouard Philippe, Premier ministre

 

Les élus ont salué ce plan ambitieux, qui vise à soutenir des projets concrets, conçus par les villes, pour lutter contre la désertification de leurs centres-villes, en réhabilitant les logements anciens et dégradés qui s’y trouvent, notamment, mais aussi en y maintenant une offre commerciale et de services dynamiques, en développant les transports ou en valorisant le patrimoine. « Le programme Action Cœur de Ville est un outil important pour faire de nos villes des laboratoires d’innovations et d’expérimentations, a, par exemple, souligne Caroline Cayeux, maire de Beauvais (60) et présidente de l’association "Villes de France". Nos villes ont une mission essentielle dans la cohésion territoriale du pays. »

 

Les élus témoignent : voir nos pastilles vidéos. [2]

 

« Le plan Action Cœur de Ville vise à faire des villes moyennes de véritables vitrines de ce qu’un pays fort peut faire pour nos concitoyens, a indiqué Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires. Le Premier ministre a réaffirmé l’action du Gouvernement pour revitaliser les centres-villes. Notre rôle est d’accompagner les villes dans l’élaboration de leur stratégie, de coordonner les équipes et les partenaires, [et de mettre à disposition] de nouveaux outils pour agir plus facilement, comme la loi Élan. »

« Cette démarche part des spécificités du territoire, a relevé Julien Denormandie, secrétaire d’État à la Cohésion des territoires. Le Gouvernement est dans un rôle de facilitateur pour la mise en place des projets des villes : donner une chance à chacun de nos territoires, se fier aux élus qui identifient leurs forces et leurs faiblesses, c’est l’enjeu de l’accompagnement par ce plan. »

Repères
  

222 villes bénéficiaires du plan national Action Cœur de Ville.
5 milliards d’euros mobilisés sur cinq ans. 
Lancé en décembre 2017, ce plan répond à une double ambition : améliorer les conditions de vie des habitants des villes moyennes et conforter le rôle de moteur de développement du territoire de ces dernières.
Pour en savoir plus sur Action Cœur de ville, consulter le dossier [3].

Des solutions innovantes pour la revitalisation commerciale

L’offre de commerce de proximité et d’artisanat contribue à l’attractivité des centres-villes. Or, dans nombre de villes moyennes, ces activités doivent faire face à une concurrence, qui s’est développée dans les zones commerciales périphériques, et à de nouveaux modes de consommation.

Une situation qui provoque une forte vacance commerciale en centre-ville parfois. En 2015, 55 % des villes moyennes avaient un taux de vacance supérieur à 10 % (27 % des grandes villes affichent un tel taux), et même supérieur à 20 % à Béziers (34), Châtellerault (86) ou Forbach (57), les trois villes les plus touchées (relire notre article sur la dévitalisation commerciale [4]).

C’est pourquoi le plan Action Cœur de Ville considère le commerce comme un levier de redynamisation des villes moyennes. « Où il y a du commerce, il y a de la vie, du lien social et de l’emploi, a souligné Delphine Geny-Stephann, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances. Les commerces se doivent de construire des stratégies multicanaux ».

Les participants de ces rencontres nationales ont pu débattre et présenter les outils et les innovations que chacun a mis en place pour développer le commerce dans son centre-ville : système de drive dans les marchés, taxe sur les friches commerciales, centre commercial à ciel ouvert, boutiques à l’essai…

André Marcon, président honoraire des Chambres de commerce et d’industrie de France et maire de Saint-Bonnet-le-Froid (43), a également présenté les conclusions de son rapport sur la revitalisation commerciale des villes petites et moyennes, remis au ministre de la Cohésion des territoires en mars dernier. « La diversité dans les centres-villes, le tourisme et la mise en valeur du patrimoine sont les conditions pour que le commerce se développe », a-t-il souligné. 
(Re)lire notre article sur le rapport de la Mission prospective sur la revitalisation commerciale des villes petites et moyennes. [5]

La journée s’est articulée autour de deux ambitions : structurer une communauté de métiers des villes moyennes et renforcer les coopérations entre les maires des collectivités. L’occasion également, pour les élus locaux, d’avoir un contact privilégié avec l’État et les partenaires et de faire remonter aussi bien les points de blocage ou de vigilance que les points de satisfaction du plan. Ils ont aussi pu partager les principes directeurs et les objectifs du plan, nouer le dialogue et l’échange d’expériences et, également, partager l’information, notamment sur la revitalisation commerciale.

Plus d’infos : consulter le programme. [6]

Auteur(s):