3e séminaire des référents ruralité

Retour d’expériences sur les 450 contrats de ruralité

© Léa Rumeau/Communication du CGET


Publié le 19/12/2017

Le 18 décembre dernier, le CGET a accueilli dans ses locaux, à Paris, le 3e séminaire des référents ruralité, en présence du ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, et du commissaire général, Jean-Benoît Albertini. Plus de 120 personnes, au sein des préfectures, ont répondu à l’appel pour faire un premier retour sur les 450 contrats de ruralités signés, en 2016, et aborder les évolutions récentes des politiques en matière d’accessibilité au numérique, de mobilité et d’alimentation.

C’est lors du premier séminaire de ce type, le 28 juin 2016, qu’ont été désignés des référents ruralité dans chaque préfecture. Leur rôle : permettre une meilleure coordination et mobilisation des acteurs locaux sur les problématiques spécifiques aux territoires ruraux. Le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard a ouvert la journée en saluant leur travail, notamment leur fonction d’animateur auprès des élus locaux. Il a également souligné l’importance de leur mission pour faire remonter les besoins et les réalités locales vers les administrations centrales, au premier rang desquelles figure le CGET.

Contrats de ruralité : bilan et perspectives

Le séminaire a permis de dresser le bilan de ces jeunes contrats de ruralité (450 contrats déjà signés, 480 à terme) et de réfléchir à la manière d’améliorer leur élaboration et leur mise en œuvre. Le président de l’Union nationale des acteurs du développement local (Unadel), Claude Grivel, a ainsi mis l’accent sur le besoin d’ingénierie de développement en zones rurales, en se basant sur l’étude menée par l’Unadel dans cinq territoires ruraux. Consulter l’étude ici.

Les référents ruralité ont ensuite partagé un retour d’expériences sur cette première année de contrat. Malgré leurs « défauts de jeunesse », les contrats de ruralité ont permis d’initier de nouvelles méthodes de travail entre les acteurs, axées sur la transversalité. Ils se sont avérés être un levier pour concrétiser certains projets qui ne trouvaient pas de financement et incarnent les « prémices d’une véritable politique publique en faveur des ruralités ».

Dans la continuité de cette journée de partage d’expériences, le réseau des référents ruralité sera amené à se rencontrer de nouveau, en 2018.

En savoir plus ici et consulter la plaquette « Contrats de ruralité : mode d’emploi » ici.

 

Thématiques liées à l'article