Myriam Savio : de La Réunion au Val-de-Marne, la cohésion sociale chevillée au corps


Publié le 12/09/2018

Passer de La Réunion (974), dans l’océan Indien, au Val-de-Marne (94), en Île-de-France ? Un pas de géant que Myriam Savio vient de franchir. L’ancienne déléguée du préfet chargée de mission Ville vient de rejoindre le département francilien en tant que directrice départementale ajointe de la cohésion sociale. Portrait d’une passionnée de la politique de la ville.

Plus de 9 000 km séparent La Réunion, où Myriam Savio a passé près de vingt ans de sa vie, du Val-de-Marne. Le premier département compte plus de 800 000 habitants, tandis que le second dépasse 1,3 million d’habitants ! Le premier héberge 49 quartiers prioritaires de la politique de la ville (PQV) et le second, 42 QPV.

« Au fil de ma carrière, j’ai navigué dans les politiques publiques avec des approches et des regards différents, selon que j’ai travaillé dans une ville, une communauté de communes ou les services de l’État. Chaque territoire est spécifique, mais cette expérience sera un atout pour appréhender les enjeux et les problématiques de cohésion sociale aux différents échelons du territoire », estime Myriam qui a rejoint la direction départementale de la cohésion sociale du Val-de-Marne, qui compte près de 60 agents.

Auparavant, Myriam a été déléguée du préfet chargée de mission ville pendant cinq années, bien remplies, à La Réunion. « J’ai exercé cette fonction après avoir été directrice générale adjointe des services de Saint-Pierre, une ville de 80 000 habitants où j’avais coordonné le contrat de ville. En 2013, j’ai pris ma décision en 24 heures de postuler à ce poste pour saisir cette belle opportunité de sortir de mon bureau et d’agir concrètement sur le terrain, se souvient-elle. J’ai participé à l’écriture des quatre nouveaux contrats de ville de mon périmètre. Celui-ci regroupait dix quartiers prioritaires, situés notamment au Port, une ville couverte à 80 % de QPV. »

Impulser et soutenir

La déléguée du préfet a ainsi accompagné les adultes relais et les conseillers citoyens, suivi les contrats locaux de sécurité et de prévention de la délinquance, veillé à l’intégration des enjeux sociaux et économiques dans les projets de renouvellement urbain…

« Une expérience très riche, relève-t-elle, car la déléguée du préfet joue un rôle de coordonnatrice, en relation étroite avec les équipes opérationnelles, mais aussi de médiatrice. Mon rôle consistait aussi à dire aux habitants et aux associations « C’est possible ! Il faut oser tenter votre projet » et de les aider à le réaliser, que ce soit pour recréer du lien social au sein d’une cité très difficile ou pour développer les programmes de réussite éducative. Et les résultats étaient au rendez-vous… » (Re)voir nos vidéos de témoignages sur le réseau territorial de l’État de la politique de la ville.

À 46 ans, cette mère de deux enfants, de 8 et 15 ans, prend donc ses quartiers dans ce territoire de la métropole du Grand Paris. Son mari, enseignant, rejoindra la petite famille à la rentrée scolaire de 2019. Pas de quoi freiner cette passionnée de la politique de la ville et des questions liées à la jeunesse et à l’éducation. « Ce changement de vie professionnelle est aussi un projet de famille, souligne Myriam Savio. Je me suis posé beaucoup de questions avant de postuler, mais ma carrière est jalonnée de moments où je travaille sur le terrain et d’autres où ma mission consiste à prendre du recul, à travailler sur la conception des politiques. »