RETOUR SUR…

Les assises pour la revitalisation économique et commerciale des centres-villes

© CC Flickr


Publié le 09/03/2017

En 2015, un local commercial sur 10 était vacant. Lors des « Assises pour la revitalisation économique et commerciale des centres-villes », Martine Pinville, secrétaire d’État chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation, et de l’Économie sociale et solidaire, a annoncé trois mesures pour lutter contre la désertification commerciale des cœurs de villes, le 28 février dernier.

À noter
 
Selon  le rapport de l’Inspection générale des finances et du Conseil général de l’environnement et du développement durable (voir notre article), 55 % des villes moyennes ont, en 2015, un taux de vacance supérieur à 10 %, contre seulement 27 % dans les grandes villes.
 
Parmi les villes les plus touchées : Béziers (24,4 %) ; Châtellerault (22,5 %) ; Forbach (21,9 %) ; Antonay (21,3 %) ; Dreux (19 %) ; Saint-Brieuc (18,9 %) ; Montélimar (18,4 %) ; Libourne (16,5 %) ; Marmande (15,2 %) ; Saint-Omer (15,2 %).

Ouverture du portail Internet « Cœur de ville »

Un portail Internet baptisé « Cœur de ville » sera prochainement lancé pour rassembler l’information sur l’ensemble des partenaires et dispositifs existants ainsi que les bonnes pratiques observées dans les territoires. Ce portail recense également les villes engagées dans une stratégie de revitalisation  et renvoie vers les descriptions de leur stratégie globale. Il a vocation à évoluer et à être alimenté par l’ensemble des acteurs.

Nouvel appel à projets du Fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce (Fisac)

Les opérations qui seront prioritairement soutenues dans le cadre de l’appel à projets seront celles qui viseront à moderniser, diversifier, rendre accessibles et à sécuriser des commerces de proximité situés dans des zones de revitalisation rurales (ZRR), des quartiers prioritaires de la politique de la ville et des centralités commerciales hors QPV connaissant un fort taux de vacance.

Une enveloppe de un million d’euros est plus spécifiquement dédiée au soutien des opérations collectives de revitalisation commerciale qui font appel à une ingénierie de projets porteurs de partenariats innovants entre acteurs publics et privés, et/ou mettant en œuvre une démarche structurée de développement du management de centre-ville.

Une circulaire à venir

La ministre a enfin indiqué qu’une circulaire précisant les principes de fonctionnement des   commissions départementales d’aménagement commercial (CDAC) serait prochainement diffusée aux préfets.

Consulter le communiqué de presse

Zoom sur l’action du CGET pour la revitalisation commerciale
 
Le CGET assiste le ministre chargé de la Ville dans l’exercice de la tutelle d’Epareca, l’établissement public national d’aménagement et de restructuration des espaces commerciaux et artisanaux qui intervient pour soutenir et développer le commerce et l’artisanat dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. En vingt d’existence, il a contribué à la réalisation de 50 centres commerciaux et artisanaux.
 
Le CGET pilote également le programme expérimental de revitalisation des centres-bourgs (voir note article plus haut) ou la présence de commerces est primordiale.