Ruralitic 2018

Le numérique au cœur de la revitalisation des territoires ruraux

Jacques Mézard et Julien Denormandie au salon Ruralitic 2018, à Aurillac


Publié le 31/08/2018

Le numérique et l’innovation occupent un rôle majeur dans les mutations des territoires ruraux aujourd’hui. Le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard, dans son discours d’ouverture de Ruralitic, a rappelé les engagements de l’État pour assurer un égal accès au numérique à tous les citoyens, et particulièrement aux habitants des zones rurales.

 

Il faut éviter tout décalage numérique du monde rural par un travail collectif effectué en bonne cohésion, afin qu’émerge l’avenir des territoires ruraux. Une grande majorité de cadres de l’Île-de-France souhaite s’installer ailleurs, et finira progressivement par le faire à condition d’offrir des infrastructures et des services de qualité. C’est le prix pour attirer de la matière grise.
Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, le 28 août 2018 à Aurillac

Il a pris le pouls numérique des espaces ruraux  en échangeant avec les participants et les exposants afin de « porter au mieux la voix des territoires ». Pour Julien Denormandie, qui avait fait le déplacement à ses côtés, « le numérique peut représenter un risque nouveau de fracture territoriale dans le domaine des services ».  

Le commissaire général à l’égalité des territoires Serge Morvan, intervenant dans une table ronde sur les infrastructures numériques rurales, a de son côté présenté le contenu du New deal mobile : « il s’agit d’un accord inédit entre l’État, les opérateurs mobiles et l’Arcep [Autorité de régulation des communications électroniques et des postes], pour étendre et accélérer la couverture des territoires ruraux en services mobiles ». Chaque opérateur s’engage, dans les sept années à venir, à construire 5 000 pylônes équipés sur les sites identifiés par l’État et les collectivités territoriales, sous un délai de douze à vingt-quatre mois. Les 485 premières communes sélectionnées, toutes situées en zones blanches, ont été fixées par arrêté ministériel en juillet 2018.

Pendant trois jours, Ruralitic a été l’occasion de débats et d’échanges sur des sujets aussi divers que la revitalisation des centre-bourgs, l’agriculture connectée, l’inclusion numérique et bien entendu le développement des « territoires intelligents », sous l’œil attentif du député de l’Aveyron, Stéphane Mazars, chargé avec Aurélien Pradié, député du Lot, d’une mission pour mieux mobiliser l’innovation et le numérique au service des zones rurales, mission réalisée avec l’appui du CGET.

Thématiques liées à l'article