PARTAGE D’EXPÉRIENCES

Le CNV en voyage d’études à Barcelone

Les membres du Conseil national des villes ayant participé à ce voyage d'études.


Publié le 02/08/2017

Barcelone, ville du renouveau et de la participation active : telle était la destination des 70 participants au voyage d’études annuel de l’École du renouvellement urbain (Éru). Parmi eux, 11 membres du Conseil national des villes (CNV).

Tous les ans, l’Éru organise un voyage d’études pour découvrir une ville « ailleurs et autrement ». Cette année, direction Barcelone, ville phare de Catalogne et 2e ville d’Espagne.

Pour la 2e année consécutive, grâce au soutien du CGET, une délégation d’élus, d’acteurs locaux et d’habitants du CNV a pu découvrir d’autres expériences et d’autres pratiques pour faire vivre la ville, les quartiers les plus modestes et la participation citoyenne.

Les représentant.e.s du CNV ont participé à deux séances plénières, effectué six visites de quartier en petits groupes et rencontré des interlocuteurs locaux. Ils ont aussi croisé leurs impressions, par exemple sur les « 25 indicateurs de qualité de vie urbaine » que publie la ville de Barcelone dans un souci de développement durable au service de ses habitants. Ces indicateurs permettent de passer en revue l’avis des citoyens sur leur cadre de vie : espaces verts, accessibilité aux services, accès au logement, renouvellement de l’habitat, mobilité, vie associative…

Lire le rapport du CNV sur le voyage d’études ici.

Repères
La métropole de Barcelone rassemble 36 communes et plus de trois millions d’habitants. Elle est située dans la région autonome de Catalogne, où 30 % de la population est considérée comme pauvre.
Le secteur locatif public y est faible : moins de 1 % du parc immobilier (l’Espagne compte 81 % de propriétaires). Un mouvement alternatif de squats (« oKupa »), très organisés, s’est développé dans le centre-ville comme dans les régions périurbaines et rurales.
La ville de Barcelone compte 500 conseils participatifs qui représentent 1,5 million d’habitants.

Ce qu’ils en pensent…

« C’est important de se forger une identité européenne solide et solidaire entre acteurs de la politique de la ville. [Ce voyage] nous a permis de faire une comparaison argumentée des plus et des moins par rapport à nos quartiers, en France. »

Soraya Ammouche-Milhiet, conseillère régionale Nouvelle Aquitaine, collège « Élu.e.s » du CNV

« Ce qui m’a le plus intéressé, c’est le projet de gestion alternative du quartier de Can Batllo. Cette réappropriation citoyenne est une véritable victoire, bel exemple de lutte conduisant à l’amélioration des conditions de vie sociale. J’ai beaucoup aimé le concept de l’espace réservé aux enfants, avec une forte implication des parents. » 

Lydie Gisquet, conseillère citoyenne à Brunoy (91), collège « Habitants » du CNV

« Ce voyage m’a permis de mesurer l’importance et la nécessité d’inclure dans les différentes strates d’un projet une réelle participation active des habitants concernés. Ces derniers peuvent être des ambassadeurs, beaucoup plus crédibles que les techniciens ou élus municipaux, auprès d’autres habitants « fatalistes » qui se désintéresseraient du projet et le vivraient plutôt comme une contrainte et non comme une opportunité. »

Rachid Boussad, conseiller citoyen à Roubaix (59), collège « Habitants » du CNV