Entreprenariat et quartiers

La French Tech Diversité dévoile ses 35 startups lauréates

© Gezelin GREE, Ministère de l’économie


Publié le 02/11/2017

Afin d’encourager la diversité sociale dans l’univers des startups françaises, la French Tech a lancé son programme French Tech Diversité pour la première fois, cette année. Le CGET a pris part à cette opération, depuis sa conception jusqu’au jury qui a sélectionné les 35 projets lauréats. Découvrez le parcours de deux entrepreneurs.

Le constat de départ est clair : l’entreprenariat est un milieu très homogène… Il se compose de 90 % d’hommes ; 83 % ont un niveau d’études Bac +5 et plus, et la moyenne d’âge est de 40 ans. Pour donner à chacun une chance de devenir l’entrepreneur de demain, la French Tech a pour ambition de détecter, d’accompagner et de soutenir les meilleurs projets de création d’entreprise parmi les milieux les plus fragiles.

Habitants de quartiers de la politique de la ville, étudiants boursiers et allocataires de minima sociaux mais aussi autodidactes étaient donc invités à déposer leur projet de startup axé sur le numérique, sur lettre de motivation.

Parmi les 274 dossiers reçus, 35 projets ont été sélectionnés et dévoilés – issus pour les trois quarts d’Île-de-France et un quart des Régions –, le 17 octobre dernier. Ils incarnent la première promotion de la French Tech Diversité. Une sélection plutôt féminine : 60 % des startups comptent une femme parmi ses fondateur.trice.s ! Les lauréats reçoivent une aide de 45 000 € ainsi qu’un an d’accompagnement dans l’un des 11 incubateurs partenaires : un beau tremplin pour faire le grand saut.

Découvrir le programme ici.

Parcours

  • Gauthier Saura, 32 ans, cofondateur d’Ambulix

Après avoir exercé le métier d’ambulancier pendant huit ans, Gauthier Saura, originaire de Charleville-Mézières dans les Ardennes, souhaite évoluer mais ne possède ni ressources financières ni réseau. Conscient des enjeux de mobilité et des dysfonctionnements du transport sanitaire, il a l’idée de développer Ambulix, une plateforme de réservation en ligne de transport sanitaire, 24 heures/24 et 7 J/7, aussi bien pour les particuliers que pour les établissements de santé.
Gauthier se lance alors, avec sa cofondatrice Charlotte Oge, dans le concours French Tech Diversité : l’accompagnement, le réseau, l’entraide et la motivation sont déjà pour eux une aide précieuse. Faire partie d’une dynamique de groupe lui a permis de dépasser le blocage lié à un manque de confiance et de se lancer pour de bon.
Découvrir le projet : www.ambulix.fr

  • Anicette Massanga, 30 ans, cofondatrice de Guideknows

Créer son voyage à Paris avec un vrai Parisien ? Telle est la promesse de Guideknows, le projet d’Anicette Massanga, cofondé avec Estelle Burnichon. Grâce à leur plateforme en ligne, le voyageur peut se mettre en contact avec un.e habitant.e et concevoir un voyage sur-mesure avec des recommandations uniques.
La start-up est née après plusieurs réunions dans des cafés, les deux filles n’ayant ni lieu ni fonds pour démarrer. Leur travail et leur persévérance leur ont permis d’être sélectionnées par la French Tech Diversité et de faire un grand bond en avant. En plus du coup de pouce financier, elles ont également accès à des formations ainsi qu’un accompagnement individuel et collectif. Dorénavant, comme le dit Anicette, originaire du Val-d’Oise, elles ont « toutes les cartes en main pour réussir ».
Découvrir le projet : www.guideknows.com

Reportages sur l’entrepreneuriat en banlieue  
Le 16 octobre dernier, France 2 et France Info ont diffusé deux reportages sur l’entrepreneuriat dans les quartiers de la politique de la ville, à travers notamment l’action de Positive Planet France et ses 30 lieux d’accueil en QPV, pour lutter contre le chômage et l’exclusion dans les quartiers prioritaires.
Le CGET soutient ce programme d’entrepreneuriat en QPV.
  

Reportages de Télématin à voir ici et sur France Info à écouter ici.

 

Thématiques liées à l'article