Inclusion sociale en QPV

L’accueil des jeunes enfants, un tremplin pour leur avenir

© Xavier Schwebel


Publié le 22/02/2018

« Comment développer l’accueil des jeunes enfants et le soutien aux parents dans les quartiers de la politique de la ville ? » Les enjeux : l’apprentissage de la langue dès la petite enfance, un meilleur parcours scolaire par la suite et une employabilité des parents facilitée. Des problématiques qui ont fait l’objet de la 5e rencontre territoriale, organisée par la délégation interministérielle à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants, à Dijon, le 15 février dernier.

Pour répondre au souhait du président de la République d’élaborer une stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes en France, Olivier Noblecourt, délégué interministériel dédié à cette mission, a organisé une série de dix rencontres territoriales, de janvier à mars prochain.

Un enjeu pour la scolarité future

Une étude états-unienne a montré que les inégalités de développement s’installent dès la petite enfance. À 3 ans, un enfant de milieu favorisé maîtrise, en moyenne, 1 000 mots et acquiert une confiance en soi, tandis qu’un enfant de milieu défavorisé dispose de seulement 500 mots et éprouve une faible confiance en soi.

En France, les jeunes enfants de familles pauvres sont fortement sous-représentés dans les crèches. Or, ces structures d’accueil contribuent à développer leurs capacités (apprentissage, sociabilisation, autonomie…).

Actuellement, le besoin est estimé à 40 000 places d’ici cinq ans, selon un rapport de Terra Nova. Pour y répondre, le président de la République avait annoncé, en novembre dernier, la construction de places de crèches dans le cadre de la « Mobilisation nationale pour les habitants des quartiers ». Il a souhaité que les programmes de renouvellement urbain intègrent dorénavant la question de la petite enfance, de manière systématique.

En savoir plus sur la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes et sa Consultation publique (en ligne jusqu’au 28 février).

Des modes de garde adaptés pour concilier vie active et vie familiale
Le CGET et ses partenaires ont soutenu des expérimentations de modes de gardes innovants initiés, à travers la France, par des associations de proximité, des maisons de l’emploi, des centres sociaux… Objectif : permettre aux parents dans les quartiers prioritaires, en particulier les femmes, de lever les obstacles qui freinent leurs parcours d’insertion professionnelle, en les aidant à concilier vie active et vie familiale. 
Consulter notre recueil d’initiatives et de bonnes pratiques : « Des solutions pour faciliter l’emploi des femmes dans les quartiers - Accueil des jeunes enfants » (février 2015).