Haute-Garonne

Focus sur des initiatives des territoires ruraux et urbains

Rencontre des associations Social Truck et Animation Bas d'immeuble dans les quartiers du Mirail et de la Reynerie


Publié le 03/05/2018

À Toulouse et à Grenade-sur-Garonne, en Haute-Garonne (31), Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, est allé à la rencontre d’élus et d’acteurs locaux, les 25 et 26 avril derniers. Ces territoires, malgré des difficultés socio-économiques, portent des projets et des actions qui, avec le soutien de l’État, contribuent à réduire les fractures territoriales et à renforcer la cohésion sociale.

Insertion professionnelle de jeunes en difficulté, revitalisation de centre-ville ancien, médiation sociale au plus près des habitants des quartiers de la politique de la ville, intervention des éducateurs sportifs auprès des plus jeunes… Autant d’initiatives concrètes qui illustrent le dynamisme et le volontarisme des acteurs des territoires et des pouvoirs publics pour « réduire les fractures territoriales en mettant en œuvrent une politique globale et volontariste de cohésion des territoires, qu’ils soient ruraux ou urbains », a souligné Jacques Mézard au cours de ses visites en Haute-Garonne.

Insertion professionnelle des jeunes décrocheurs

En France, le nombre de décrocheurs scolaires de 15-24 ans ne cesse de diminuer, mais reste encore élevé (98 000, en 2016*). Placés sous la tutelle des ministères de la Cohésion des territoires et du Travail, 19 Épide, répartis dans tout l’Hexagone, sont justement ouverts aux jeunes sans diplôme ni qualification professionnelle.

Dans ces établissements en lien avec les entreprises alentours, ils bénéficient d’un accompagnement adapté pour se former, construire un projet professionnel, se resociabiliser, retrouver l’envie de s’investir et le goût de l’effort. Le 25 avril, Jacques Mézard s’est rendu à l’Épide de Toulouse, pour remettre leur prix aux jeunes méritants, en présence de leurs familles.

Chaque année, les Épide reçoivent quelque 3 500 volontaires, dont 30 % proviennent des quartiers prioritaires la politique de la ville (QPV).

* 140 000 jeunes sortaient du système scolaire sans qualification en 2011. Ce chiffre a été ramené à 98 000, en 2016, et près de 80 000 fin 2017 (source Éducation nationale).

 

Revitalisation d’un centre-ville dégradé

Le ministre de la Cohésion des territoires s’est également rendu à Grenade-sur-Garonne, à 25 km de Toulouse et 15 km de Blagnac. Cette commune de près de 8 800 habitants, située en zone à la fois rurale et périurbaine, jouit donc d’un positionnement géographique et d’un patrimoine historique privilégiés. Des atouts pour son projet de rénovation de son centre-ville, en déprise au profit des lotissements et des activités commerciales en périphérie.

La commune a arrêté un plan de revitalisation du centre-bourg – basé sur une démarche participative regroupant les commerçants, les associations et les résidents – autour de :

  • l’accueil et maintien de la population en cœur de ville, dans de bonnes conditions d’habitat ;
  • la préservation et valorisation de la Bastide (protection de son patrimoine architectural, réhabilitation des logements et des commerces, requalification des espaces publics) ;
  • le renforcement des fonctions économiques dans le centre ancien ;
  • le développement du tourisme de proximité.

D’ores et déjà, un nouvel équipement symbolise ce renouveau de Grenade-sur-Garonne. Un espace de travail partagé a ouvert, en 2016, dans un ancien collège réhabilité, situé dans une zone périurbaine. Ce tiers lieu est venu s’ajouter à d’autres services rassemblés au même endroit : bibliothèque, police municipale, salles de réunion…

À savoir
Une mission de diagnostic sur les espaces de coworking et sur les nouvelles formes de travail est en cours. Conduite par Patrick Lévy-Waitz, elle se déroule avec l’appui du CGET (voir article du 21/02/2018) réaliser un diagnostic partagé des tiers lieux et ses espaces de coworking, en France et déterminer les conditions de réussite de ces nouveaux lieux d’activité sur les territoires. Une consultation ouverte est en cours.

Ouvert aux salariés en télétravail et indépendants, le tiers lieu de Grenade-sur-Garonne propose trois bureaux individuels (loués 350 €/mois) et un espace ouvert, équipés du haut débit. Ils accueillent actuellement sept personnes en télétravail deux à quatre jours par semaine. Cet espace partagé a été conçu après une enquête sur les besoins des télétravailleurs du territoire qui, souvent, accèdent difficilement à leur lieu de travail (une heure trente pour joindre Toulouse, aux heures de pointe).

L’aménagement de ce tiers lieu a coûté 30 000 euros, investis par la ville et la communauté de communes.

 

Éducateurs sportifs, sociaux et bénévoles : « des moteurs et des modèles pour avancer »

Le 26 avril, Jacques Mézard s’est rendu dans deux quartiers prioritaires de Toulouse, La Reynerie et Le Mirail, qui a été le théâtre de violences urbaines mi-avril. Un contexte qui montre combien le travail de proximité des acteurs sportifs, associatifs ainsi que des médiateurs sociaux est nécessaire à la cohésion sociale et à l’éveil éducatif. Ces acteurs de terrain interviennent dans des projets menés avec les habitants, en particulier les enfants et les jeunes.

Le ministre a notamment salué l’initiative du boxeur Sofiane Oumiha, symbole de réussite par le sport. À 24 ans, ce médaillé d’argent aux JO de 2016 va ouvrir une salle d’entraînement, notamment pour travailler avec les jeunes boxeuses.

Une démarche importante car, en 2015, seulement 4 % des habitants des QPV étaient licenciés dans une fédération sportive, alors qu’ils représentent 8 % de la population totale de France métropolitaine, relève l’Observatoire national de la politique de la ville (ONPV). Et ce constat est encore plus marqué pour les femmes (3,3 % des licences en QPV) que pour les hommes (4,4 %). Cette situation est accentuée par un sous-équipement récurrent : 428 quartiers prioritaires (dont 50 en outre-mer) ne disposent d’aucun équipement sportif, ce qui complique l’accès aux lieux de pratiques sportives.

À savoir : les 435 contrats de ville, qui portent des projets de territoire, prennent en compte la dimension sportive. Dans ce cadre, 5,5 millions d’euros ont été versés, en 2017, à des projets sportifs (égalité d’accès à la pratique sportive, encadrement de jeunes délinquants par la discipline sportive…).

Repères
Toulouse Métropole, la communauté d’agglomération du Muretain et la communauté de communes de Saint-Gaudens comptent 19 quartiers prioritaires de la politique de la ville, dont 16 situés dans l’agglomération toulousaine. Ils hébergent 65 968 habitants, représentés dans les conseils citoyens.
En 2017, les crédits de la politique de la ville se sont élevés à 2,7 millions d’euros et ont permis de soutenir plus de 400 projets, comme le financement des postes des 65 adultes relais.
Les quartiers du Grand Mirail et d’Empalot (Toulouse) ont été retenus parmi les projets d’intérêt national du Nouveau programme de renouvellement urbain).

Thématiques liées à l'article