Portraits

Engagées sur le terrain : 3 actions en ruralité


Publié le 08/03/2018

A l’occasion du 8 mars, nous vous présentons des portraits de femmes engagées dans les territoires ruraux dans les champs de l’économie et de l’accès à l’emploi. Leurs projets contribuent à la valorisation et à l’émancipation des femmes dans ces territoires fragiles. 

ACILAB : former les femmes aux métiers du numérique

acilab_07032018.jpg

acilab_07032018.jpg, par flavictoire

 

Le territoire

Territoire de 45 000 habitants dans la Haute vallée de l’Aude (ville centrale : Limoux).

Le projet

ACILAB est un chantier d’insertion rattaché à un Fab Lab. Il emploie, sans compétence pré-requise en numérique et informatique, des hommes et des femmes pour les former au métier de « forgeur numérique », une formation conçue localement et labellisée Grande école nationale du numérique. Le chantier vise à impulser une dynamique de revitalisation économique de ce territoire rural tout en corrigeant les inégalités d’accès à la formation et à l’emploi entre les sexes.

Les enjeux

Territoire rural enclavé, difficulté des habitants à trouver un emploi… Le projet ACILAB, né en janvier 2017, propose une solution durable à ces problématiques. Il soutient l’emploi des femmes, souvent éloignées du monde du travail et peu représentées dans le domaine du numérique, tout en permettant à la région de disposer de forces vives qualifiées à des métiers d’avenir pour répondre aux besoins actuels et futurs des entreprises locales.

Le bilan

La seconde promotion, arrivée fin 2017, accueille 5 femmes sur les 8 salariés.

Le portrait

sylvie-siffermann.png

sylvie-siffermann.png, par flavictoire

 

 J’ai participé à la création du projet dès le début, car je suis membre de la commission numérique du Pôle territorial de coopération économique 3.EVA*. Ça a été un vrai travail collectif et coopératif. J’ai ensuite négocié ferme et je me suis entièrement mobilisée pour ouvrir les 6 premiers postes d’insertion financés par les fonds de l’Insertion par l’activité économique (IAE) avec 3 hommes et 3 femmes. Aujourd’hui, la deuxième promotion compte 8 postes dont 5 femmes.

Sylvie Siffermann, Sous-préfète de l’arrondissement de Limoux 

* Un appel à projet pour le développement économique de la Haute Vallée de l’Aude

Plus d’infos sur le site Acilab

 

Odette & Co, l’empowerment féminin

odettes_07032018.jpg

odettes_07032018.jpg, par flavictoire

 

Le territoire

Lamastre, commune de 2 382 habitants (Nord Ardèche).

Le projet

« Odette and Co, rurale mais pas ringarde » est un collectif de femmes en zone rurale qui, avec une approche appréciative, ont créé un projet commun pour retrouver une activité professionnelle et changer l'image des femmes rurales et de la ruralité française, en s'appuyant sur leurs talents et leurs rêves. ​

Les enjeux

Partant du constat d’une démobilisation des femmes en recherche d’emploi, l'association Grains d'ici a accueilli cette aventure démarrée en 2010 et la porte depuis, dans le but de redonner aux femmes rurales confiances en elles et dans leur lieu de vie. Pendant quatre ans, ce fut d'abord un magazine de 64 pages entièrement réalisé par et pour des femmes. Par la suite, c'est une aventure protéiforme avec des reportages sonores, des micros-trottoirs, des temps de rencontre et le PLI d'Odette,…

Le bilan

Aujourd’hui, le collectif regroupe 25 femmes dont 4 salariées. Depuis les débuts en 2011, 6 numéros du magazine et 4 numéros du PLI sont sortis et plus de 60 Odettes ont pu retrouver le chemin de l’emploi ou créer leur activité.

Le portrait

helene-puzin.png

helene-puzin.png, par flavictoire

 

L’objectif d’Odette est de permettre aux femmes rurales d’être auteures et actrices de leur changement. Grâce à l’approche appréciative et aux projets collectifs, elles définissent un vrai projet professionnel en adéquation avec leurs envies, leurs rêves et adapté à un territoire rural qu’elles ont redécouvert positivement.

Hélène Puzin, Coordinatrice du projet – une des 4 salariées de l’association Grains d’ici à l’origine d’Odette & co

Pour plus d’infos, visitez leur site Odette and co et leur page Facebook odetteandco

 

Loustic service : faciliter l’accès à l’emploi pour les mères

loustic-service_07032018.jpg

loustic-service_07032018.jpg, par flavictoire

 

Le territoire

Communauté de communes de Haute Cornouaille de 15 000 habitants (Finistère).

Le projet

Loustic service propose une garde d’enfants à domicile à des horaires atypiques : entre 4h et 8h30 le matin et entre 18h30 et 23h le soir. Dans ce territoire rural de la Haute Cornouaille fortement marqué économiquement par le secteur agro-alimentaire et les services à la personne, les emplois proposés ont souvent des horaires décalés. Loustic service permet aux parents et notamment aux femmes d’accéder à un travail quelle que soit leur situation familiale.

L’enjeu

A l’origine, le projet a été conçu pour répondre aux sollicitations de la plus grosse entreprise du territoire, une usine agroalimentaire qui rencontrait des difficultés pour recruter des salariés sur le long terme. Loustic service est créé en 2004 par la Communauté de communes, la CAF, le département du Finistère et le FSE et est mis en œuvre par trois associations locales.

Le bilan

En 2016, 45 familles et près de 70 enfants ont bénéficié de ce service.

Le portrait

virginie-porhiel.png

virginie-porhiel.png, par flavictoire

 

L’arrivée d’un enfant peut remettre en question l’employabilité des femmes sur ces horaires particuliers, de même qu’une séparation conjugale. Sans Loustic service, beaucoup d’entre elles nous expliquent qu’elles n’auraient pas pu continuer à travailler, ou accéder à un emploi. Le service est accessible financièrement à toutes les familles, contrairement à la garde d’enfants à domicile classique.

Virginie Porhiel, Coordinatrice de Loustic service et responsable du pôle enfance – jeunesse à la Communauté de communes de Haute Cornouaille