Egalité femmes-hommes : une obligation dans les futurs contrats de ville


Publié le 27/05/2014

La situation des femmes des quartiers vis-à-vis de l'emploi s'est fortement dégradée sous le coup de la crise économique : c'est la conclusion d'une récente étude publiée par l'Observatoire national des zones urbaines sensibles (Onzus). En se basant sur l'exploitation des données de l'Insee sur la période 2006-2012, cette étude relative à l'accès des femmes au monde du travail en Zus montre que la dégradation du contexte économique touche, dans les quartiers, les femmes plus durement que les hommes : elles connaissent ainsi un taux de chômage plus élevé, elles sont plus concernées par les emplois à temps partiel et les CDD et sont plus souvent contraintes de travailler le dimanche ou le soir. Plus préoccupant encore, l'aggravation de la crise économique a amplifié le retrait des femmes du monde du travail et a fortement pesé sur leur taux d'activité qui est passé de 57,3% en 2006 à 52,6% en 2012 alors que le taux d'emploi féminin a progressé dans les autres territoires.

Dans une société où le travail est non seulement une source de revenu mais également un puissant facteur d'intégration, d'autonomie et de participation à la vie sociale, ce phénomène est particulièrement préoccupant. Pour répondre à ces inégalités, le ministère en charge de la Ville a souhaité rendre obligatoire un volet égalité entre les femmes et les hommes dans l'ensemble des futurs contrats de ville, crées par la loi pour la Ville et la cohésion urbaine promulgué le 21 février dernier.

Par ailleurs, plusieurs initiatives en direction des femmes des quartiers prioritaires de la politique de la ville ont déjà été lancées :

. en développant une politique offensive en faveur de l'emploi féminin par la mobilisation des contrats aidés (contrats d'avenir, CAE, CIE) en direction des publics féminins et par la mobilisation dans les quartiers du Fonds de Garantie pour l'Initiative des Femmes destiné à accompagner les femmes créatrices d'entreprises ;

. en favorisant la conciliation entre vie privée et vie professionnelle dans des quartiers où un quart des familles sont des familles monoparentales. Ainsi, les schémas territoriaux de la petite enfance élaborés entre l'Etat, la branche famille et les collectivités locales permettront de développer dans les quartiers populaires les solutions de garde d'enfants ;

. en faisant de la mixité un des critères de choix des actions soutenues dans le cadre de la politique de la ville pour favoriser l'égal accès à la culture et aux loisirs dans les quartiers. Les programmes Ville Vie Vacances devront ainsi accueillir au moins 50% de jeunes filles parmi leurs bénéficiaires ;

. en développant les outils permettant aux femmes de participer à la vie de la cité et de s'approprier leur quartier. Le ministère en charge de la Ville participe ainsi au développement des marches exploratoires permettant aux femmes de se réapproprier l'espace public et de lutter contre le repli sur soi. Les conseils citoyens mis en place dans chacun des quartiers de la politique de la ville et chargés de participer à l'élaboration et à la mise en place des politiques publiques dans les quartiers seront composés à parité de femmes et d'hommes.