Rapport et baromètre sur la cohésion des territoires

Des clés pour comprendre les dynamismes et fragilités qui traversent la France


Publié le 12/07/2018

À l’occasion de la 3e Conférence nationale des territoires, le 12 juillet, à Paris, le Rapport sur la cohésion des territoires et le baromètre ont été présentés par Serge Morvan, commissaire général à l’égalité des territoires. Un état des lieux qui « tord le cou à quelques clichés » et met en avant des leviers de la cohésion des territoires.

« La cohésion des territoires, c’est redonner aux territoires la possibilité de s’inscrire de manière responsable et autonome dans des trajectoires de développement à la fois durables et équitables. (…) C’est leur donner la capacité de se transformer pour répondre à ces défis en se libérant des freins qui les entravent, en leur permettant d’innover, de s’engager, d’inventer les nouveaux ressorts du développement soutenable auxquels tous aspirent [en prenant] en compte la réalité de la situation territoriale », a relevé Serge Morvan, commissaire général à l’égalité des territoires, en présentant le 2e Rapport sur la cohésion des territoires, dans le cadre de la Conférence nationale des territoires, ouverte par le Premier ministre, Édouard Philippe.

« Le rapport tord le cou à quelques clichés : les métropoles ne sont pas toutes « gagnantes » de la mondialisation. Ce sont d’ailleurs elles qui concentrent le plus d’inégalités au sein de leur population. »
Serge Morvan, commissaire général à l’égalité des territoires

Un outil de diagnostic et danalyse des territoires

Nouvel outil partagé avec les associations d’élus, ce rapport remplit deux objectifs : la mise à jour d’un état de lieux de la France et de ses territoires après une décennie de crise, et l’explicitation des facteurs de la cohésion des territoires.

L’état des lieux révèle quatre France, dont le risque principal est la dissociation :

•    un arc nord-est fragilisé,
•    un arc occidental et méridional dynamique,
•    des Dom qui cumulent les vulnérabilités,
•    une Île-de-France croisant vigueur économique et faible attractivité résidentielle.

Ces caractéristiques sont issues de la conjugaison de cinq dynamiques qui se sont accentuées au cours de la dernière décennie : métropolisation accélérée, polarisation autour des principaux pôles urbains, trajectoires différenciées des ruralités, fragilisation de l’armature urbaine en villes petites et moyennes, transformation de la base productive.
 

Focus sur les quatre typologies d’espaces

4_frances_carte.jpg

4_frances_carte.jpg, par hvanmalle

 

Découvrez le rapport, le baromètre et sa version interactive

 

La coopération, levier fondamental de la cohésion des territoires

« La coopération est le levier fondamental de la cohésion des territoires !, relève Serge Morvan. Cet état des lieux, qui souligne les fragilités contemporaines des territoires, ne doit pas masquer leurs atouts et capacités de rebond, [qu’il convient d’activer]. » Face à ces constats, la notion de cohésion des territoires invite à mettre au cœur des politiques ce qui tient les territoires ensemble, ce qui les rend fonctionnellement et politiquement solidaires. Le rapport explicite les défis posés aux acteurs publics et à la société française, mais aussi les facteurs qui contribuent à cette cohésion :
•    solidarité,
•    coopération,
•    qualité de vie,
•    empowerment (mise en capacité),
•    transition socioenvironnementale
•    capital social.

Le Rapport sur la cohésion des territoires constitue ainsi une base pour, à terme, aboutir à la définition de priorités d’action appelant une mobilisation conjointe des collectivités, de l’État et, plus largement, de la société civile et des entreprises.

L'Observatoire des territoires du CGET propose, dans son baromètre actualisé de la cohésion des territoires, une série d’indicateurs analysés sur ces six facteurs de cohésion (version interactive disponible). À découvrir, par exemple :

screenshot-barometre.png

screenshot-barometre.png, par hvanmalle

À savoir
Le Rapport sur la cohésion des territoires résulte d’une coconstruction entre l’État et les associations d’élus (Assemblée des communautés de France, Assemblée des départements de France, Association des maires de France, Association des maires ruraux de France, Association des petites villes de France, Fédération nationale des agences d’urbanisme, France urbaine, Régions de France et Villes de France), avec le concours d’universitaires. Il s’appuie sur un baromètre de la cohésion des territoires. Le rapport et le baromètre ont vocation à être mis à jour pour chaque Conférence nationale des territoires.