Plan « Action cœur de ville »

222 villes moyennes soutenues pour redynamiser leurs centres-villes


Publié le 27/03/2018

Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, a annoncé la liste des 222 villes retenues dans le cadre du plan national « Action cœur de ville », le 27 mars dernier, à Châtellerault (Vienne). Le CGET coordonne ce dispositif d’ampleur : la redynamisation des centres de ces villes va bénéficier de plus de cinq milliards d’euros, mobilisés sur cinq ans. Près du quart de la population française vit dans une ville moyenne.

Habitat, commerce, création d’emplois, transports et mobilité, offre éducative, culturelle et sportive, qualité des sites d’enseignement, développement des usages des outils numériques… : le plan « Action cœur de ville » vise à redonner de l’attractivité et du dynamisme aux centres de ces villes. Pour ce faire, le CGET s'attachera à garantir la transversalité du plan : il assurera l’implication de tous les acteurs nécessaires dans des projets intégrant toutes les dimensions de revitalisation des centres-villes (habitat, commerces, transports, etc.)

Réparties dans toutes les régions, en métropole et outre-mer, 222 villes moyennes ont donc été retenues pour préparer leurs projets de développement, dès ce printemps. 
Consulter la liste complète des villes concernées ici.
Télécharger la carte des 222 villes retenues.

 

J’ai la conviction que les villes petites et moyennes doivent être le meilleur outil de redynamisation de nos territoires. Elles concentrent 23 % de la population française et 26 % de l’emploi. Leur vitalité est essentielle car elle profite à l’ensemble de leur bassin de vie, et plus largement aux territoires urbains et périurbains environnants. Le cœur de ville, dans toute la diversité du tissu urbain français, est le creuset où se noue à la fois la vie civique, la vie économique, la vie sociale.

Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires

 

Un projet de territoire

Construites autour d’un projet de territoire, les actions de revitalisation vont s’inscrire dans une convention. Celle-ci engagera tant la commune que son intercommunalité et les partenaires publics et privés du plan autour de cinq axes structurants pour l’attractivité des villes moyennes :
•    réhabilitation-restructuration de l’habitat en centre-ville ;
•    développement économique et commercial équilibré ;
•    accessibilité, mobilité et connexions ;
•    mise en valeur de l’espace public et du patrimoine ;
•    accès aux équipements et aux services publics.
Consulter le dossier de presse.

À savoir
Lancé en décembre dernier, ce plan répond à une double ambition : améliorer les conditions de vie des habitants des villes moyennes et conforter le rôle de moteur de développement du territoire de ces dernières. (Re)lire notre article (15/12/2017).
Il est mis en œuvre avec les collectivités territoriales en fédérant les partenaires (Agence nationale de l’habitat, d’Action Logement, Caisse des dépôts…), au plan national comme au plan local.
Le rôle du CGET : il est chargé de la coordination de l’ensemble du dispositif et de l’animation du comité technique national. Le CGET, avec les services de l’État concernés et les partenaires, mettra sur pied une plateforme de ressources et d’échanges autour du plan Action cœur de ville, dédiée plus largement à l’échange de bonnes pratiques et à la mise en relation autour des projets des villes moyennes.